lundi 13 mars 2017

Phaenix, tome 1 : Les cendres de l'oubli

HISTOIRE

Anaïa commence une nouvelle vie en Provence. Dans son nouveau lycée, elle fait la connaissance de deux garçons : Enry et Eidan. Ces derniers adoptent un comportement étrange vis-à-vis d'elle. Sans parler de ces rêves étranges et ces grains de beauté qui apparaissent subitement sur la paume de l'adolescente. Notre héroïne arrivera-t-elle à trouver la vérité parmi tous ces mystères ?

CRITIQUE

J'ai trouvé ce premier tome en brocante pour une bouchée de pain. Et je suis bien contente de ne pas avoir dépensé vingt euros pour ce roman car je suis très déçue !

Nous suivons donc Anaïa dans sa nouvelle vie, en Provence. Entre nouveaux cours, nouvelles rencontres, rêves et phénomènes étranges et romance, elle va découvrir quelque chose d'incroyable la concernant de très près...

Vous l'aurez vu dans le titre, il est question du mythe du Phaenix dans ce diptyque. On nous promet donc un récit fantastique centré sur cet oiseau mystique. Et si vous vous attendez à ce point, eh bien détrompez-vous, car la romance prend le pas sur l'aspect fantastique du récit ! Sur les 460 pages qui composent le livre, seule une dizaine est centré sur ce dernier !
Certes, le Phaenix est traité d'une façon très mystérieuse. Suffisamment pour donner envie de lire la suite pour voir comment l'auteure va nous présenter sa mythologie.

Malheureusement, cela ne suffit pas. Le récit souffre d'un manque de rythme, où le scénario est prévisible à des kilomètres. J'avais déjà capté le gros du truc bien avant d'arriver à la moitié du livre.
Résultat : je me suis ennuyée durant ma lecture. Parce que suivre les états d'âmes d'une adolescente qui passe son temps à s'interroger sur les garçons (surtout Eidan dont vous saurez rapidement que ses yeux sont noirs, tant Anaïa nous saoule avec ses descriptions détaillées sur son physique), la voir en cours et se lancer dans un nouveau genre musical (puisque mademoiselle fait du violoncelle), ça me laisse de marbre. Et franchement, même si elle se pose des questions par rapport à ce qui lui arrive, c'est pas suffisamment développé pour que j'y trouve un grand intérêt.
Cela me dérange profondément parce que pour une brique pareille, j'ai eu l'impression de ne pas lire grand chose à l'arrivée. Et au vu du pitch et du prix, j'en attendais beaucoup mieux.

La romance n'est très originale et prend une très grande place sur l'histoire. En plus, là encore, c'est archi prévisible ; on cerne très vite les véritables personnalités des deux prétendants d'Anaïa (et oui, nous sommes dans de la Young Adult et, par conséquent, on se retrouve avec un énième triangle amoureux !). 

Si l'intrigue n'est pas très recherchée et très prévisible, les personnages ne sont pas attachants pour autant.
A commencer par Anaïa, notre narratrice, totalement à la ramasse ; elle ne comprend rien à ce qui se passe alors que le lecteur sait déjà le gros point avant même de parvenir à la moitié du récit ! Ben, pas notre ado : elle comprend les choses très tardivement et passe son temps à s'interroger sur ce qui lui arrive, sans jamais prendre le taureau par les cornes pour demander (voire exiger) des réponses (notamment par rapport aux comportements d'Eidan et Enry). Sans parler de ses répétitions quand à décrire le physique des deux garçons en question ; pas besoin de répéter six fois qu'Eidan a les yeux noirs ou qu'Enry a les cheveux blonds...
Le pire, c'est qu'on nous la présente comme une fille forte et intelligente. C'est l'inverse que j'ai ressenti : pas totalement forte et surtout très cruche.

Concernant les garçons, ils ne m'ont pas transcendée. Que ce soit Eidan ou Enry, j'ai pas eu d'atomes crochus avec l'un des deux. En plus, comme je l'ai écrit auparavant dans cette chronique, on devine très vite leurs véritables personnalités.
Bref, ils ne m'ont pas marquée du tout !

Mais, pour finir sur une note positive, le livre est très bien écrit. J'ai adoré la plume de l'auteure, qui nous immerge totalement dans son histoire (et c'est encore plus flagrant dans la partie où le fantastique prend le dessus). On suit les pensées de l'héroïne, on s'immerge totalement dans le quotidien d'Anaïa (logique, puisque c'est notre narratrice) et dans son cheminement pour découvrir la vérité sur ce qui lui arrive. Un superbe point qui fait que ce roman n'est pas complètement un désastre.

Malgré le style de l'auteure qui fait qu'on accroche immédiatement jusqu'à la dernière page, ce premier tome ne tient pas ses promesse. Héroïne fade et stupide, des garçons très fades niveau personnalités et intrigue très prévisible : Les cendres de l'oubli est une véritable déception !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire