jeudi 30 mars 2017

14-14

HISTOIRE

Adrien a 13 ans et vit en 2014. Il passe son temps entre l'école, sa famille et surtout n'ose pas avouer ses sentiments à Marion, son amie d'enfance.
Hadrien a aussi 13 ans, mais vit en 1914. Son quotidien est partagé entre les travaux de la ferme, ses études et surtout, le spectre de la guerre qui se profile.
Grâce à deux boîtes aux lettres magiques, une curieuse correspondance va naître entre ces deux garçons qu'un siècle sépare.


CRITIQUE

Suite aux avis unanimement positifs et la vidéo de Myriam sur les romans historiques, je me suis procurée ce titre et l'ai inclus dans ma PAL de Printemps.
Si je suis satisfaite de cette lecture, je suis cependant loin du coup de cœur général.

Nous suivons deux garçons, dans deux époques différentes. Ils vont dès lors commencer à entretenir une correspondance grâce à des boîtes aux lettres magiques.

Ce que j'ai adoré dans ce livre, c'est la façon dont les auteurs abordent les progrès de la technologie, de la médecine, etc. en un siècle au travers des lettres échangées par les garçons. Deux époques complètement différentes, à la fois proches et lointaines, parfaitement bien retranscrits. Tant dans le vocabulaire employé dans la narration, les descriptions que dans les dialogues.

Mon gros souci vient surtout de l'histoire.
En fait, je pensais qu'on démarrerais le récit durant la Première Guerre Mondiale ou quelques semaines seulement avant le conflit. 
Mais pas du tout !
Tout commence le 1er janvier de chaque année. et nous terminons le récit en juillet. Un mois avant le début de la guerre !
J'ai été déçue de la façon dont les auteurs ont choisi d'aborder leur récit. La Première Guerre Mondiale était précisément ce qui m'intéressait le plus dans le roman. On en parle bien sûr, mais pas de la manière à laquelle je m'attendais.
En fait, Adrien (le garçon de 2014) en parle surtout pour avertir son ami du passé sur le conflit à venir. On joue donc sur les événements temporels pour influencer le cours du temps.
Oui, c'est plutôt sympa, mais ce dernier point est abordé trop facilement. Tout se résout trop vite, ce qui trahit bien le côté "jeunesse" du livre.
Les auteurs choisissent en effet des facilités dans leur scénario pour faire avancer les choses. Les modifications du passé en sont un bon exemple, mais je pense aussi à la fin. Vu comment elle est amenée, je l'ai trouvée un peu WTF...

Le reste de l'intrigue se centre sur les problèmes des deux héros, notamment de cœur. Adrien passe la plupart du bouquin à se lamenter sur Marion qui sort avec un autre alors qu'il est fou amoureux d'elle. Bon, les atermoiements d'ados, ça va bien deux chapitres, mais au bout d'un moment, je sature. Ce qui s'est passé ici. Heureusement, ça se rattrape par la suite...
Mais nous suivons un quotidien presque banal avec Adrien et Hadrien qui se posent bien des questions sur leur ami respectif (la façon dont ils écrivent leurs lettres, les cachets de la poste datant de leur époque respective, etc.).
Personnellement, j'ai trouvé les chapitres avec Hadrien bien plus intéressantes. D'une part parce que nous sommes en 1914 et que nous sommes plongés dans un contexte différent du nôtre, mais parce que j'ai préféré le suivre plutôt qu'Adrien.

Pour terminer sur ce point, j'ai terminé ma lecture avec pas mal de questions en tête. Si l'aspect fantastique est amenée d'une façon discrète, je me demande malgré tout pourquoi ces boîtes aux lettres sont apparues. Et pourquoi le destin d'Hadrien devait-il être modifié ?
Bref, je suis très frustrée ; je déteste quitter un livre sans avoir eu toutes les réponses à mes interrogations. Cela me donne l'impression d'avoir loupé quelque chose durant ma lecture !

Et puisque nous parlons maintenant des personnages, comme je viens juste de l'écrire, j'ai largement préféré Hadrien à Adrien.
Hadrien a un caractère plus posé que son ami et a un but précis dans la vie : réussir son examen pour entrer dans le petit lycée et devenir ingénieur.
Il a le soutien de sa famille (excepté du père qui souhaite le voir reprendre la ferme familiale) et surtout, voue un amour inconditionnel pour Simone, l'une de ses voisines.
J'ai adoré suivre ses pérégrinations et sa détermination à vouloir se hisser au-dessus du rang social auquel il semble condamné. Je l'ai aussi trouvé très touchant dans sa manière d'être avec les autres (surtout sa petite sœur auquel il est très proche).

Adrien, lui, passe une grande partie du temps à se lamenter sur le fait que Marion, son amie d'enfance, ne l'aime pas. Et comme je l'ai écrit, les atermoiements, ça m'agace plus qu'autre chose.
Heureusement qu'il se ressaisit vite ! Et il se révèle un adolescent travailleur dont les connaissances sur la Première Guerre Mondiale vont l'aider à venir en aide à une amie en danger. J'ai trouvé lé séquence un peu étrange, pour ne pas dire incrédule, mais là encore, ce n'est que mon point de vue...
Même s'il se montre attachant, je n'ai pas eu de véritable atome crochu, ce qui fait que j'aurais pu suivre ses chapitres avec plaisir, à l'inverse d'Hadrien.

Et comme on suit principalement nos deux protagonistes, les autres sont forcément plus en retrait. J'ai trouvé leur caractère parfois cliché (la nouvelle, la brute qui harcèle notre héros, etc). Alors oui, c'est l'occasion de parler, grâce à eux de sujets sensibles comme le harcèlement scolaire. Mais c'est pas vraiment le sujet du livre ; et ce point n'est pas suffisamment abordé en profondeur pour que j'y trouve un véritable intérêt. Pour tout vous dire, j'ai failli oublier ce point en rédigeant cette chronique. C'est seulement maintenant que cela me revient.

Les auteurs savent cependant parfaitement alterner les deux époques grâce au vocabulaire et à leur plume. La narration est plaisante à lire, les descriptions sont très bien ancrées et nous plongent en 1914 et en 2014 sans qu'on se perde. Sans compter les dialogues, vivants, qui renforcent davantage l'immersion dans le récit.

14-14 est un bon point de départ pour un adolescent désireux de découvrir la Première Guerre Mondiale dans les très grandes lignes. Mais le récit est clairement trop jeunesse pour moi. C'est dommage parce que le pitch promettait bien mieux que ce que j'ai lu. Et j'ai préféré Hadrien, plus intéressant à suivre.
Mais ça reste une chouette lecture !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire