lundi 6 mars 2017

Le chagrin du roi mort

HISTOIRE

Aleks et Brisco sont deux frères inséparables. Le roi étant mort, ils ont l'occasion de voir sa dépouille, présentée sur la place du village. Mais après cet événement, le destin va séparer les garçons et les pousser à suivre des chemins différents...

CRITIQUE

Mélisende en parlait dans une de ces dernières vidéos Udpate Lectures, et d'une façon tellement positive que j'ai voulu le lire à mon tour. Et je ne regrette pas du tout, tant cette lecture fut tout simplement merveilleuse !

On suit donc deux frères, Aleks et Brisco. Inséparables, ils vont assister ensemble à un événement exceptionnel : voir la dépouille du roi, placé au centre de leur village. Mais peu de temps après, Brisco est enlevé ; dès lors, les garçons grandiront séparés et vont suivre des directions différentes dans leur vie.

L'histoire est tout simplement un régal à suivre : divisée en deux parties (l'enfance et la guerre), on suit les deux bonhommes dont on s'attache immédiatement. L'auteur parle de beaucoup de sujets : la fraternité bien sûr, mais aussi la trahison, l'amour (aussi bien des proches que d'une partenaire), la difficulté à s'adapter à une nouvelle vie (cf. Brisco et sa nouvelle "famille", après son enlèvement), sans compter les horreurs de la guerre.
L'intrigue ne souffre d'aucun temps mort : M. Mourlevat arrive toujours à apporter quelque chose, ce qui fait qu'on est plongé dans son roman et qu'on ne le lâche plus jusqu'à la dernière page.
J'ai été transportée dans ce monde pas vraiment semblable au nôtre, mais qu'importe : l'immersion est totale.
Je suis passée par beaucoup d'émotions : la tendresse, la révolte pendant l'enlèvement de Brisco, la colère et la tristesse face à la guerre ; l'espoir aussi. C'est dire à quel point j'étais vraiment à fond dedans !
Ceci dit, tout n'est pas complètement bon : la fin m'a déçue. En tout cas, celle pour Brisco.
Si l'auteur apporte une conclusion plutôt bien amenée pour Aleks, concernant Brisco, on le quitte de manière assez brusque. Et cela m'a posé problème, parce que j'aurais bien aimé savoir comment il s'en sortirait (surtout après ce qui lui arrive). C'est dommage, car je souhaitais tellement connaître son dénouement ! Un couac qui empêche ce livre d'accéder au rang de coup de cœur. 

Les personnages sont hyper attachants. A commencer par Aleks et Brisco, même si ma préférence va au premier. J'ai adoré la façon dont l'auteur aborde leurs vies, avant et après l'enlèvement de Brisco.
Aleks m'a beaucoup touchée, de part la façon dont il gère la disparition de son frère de son environnement, mais aussi dans sa façon d'être lorsqu'il tombe amoureux. J'ai adoré suivre suivre son histoire d'amour, à la fois touchante et poétique.
Quand à Brisco, son évolution est très forte ; sa manière de gérer sa nouvelle condition, après dix ans passé auprès d'Aleks et sa famille et ce qu'il devient en tant qu'homme durant la guerre. Mais son caractère m'a moins plus que celui de son frangin, ce qui explique pourquoi j'ai eu plus de détachement par rapport à ce dernier.
J'ai aussi une pensée particulière pour la sorcière Brit, personnage haut en couleur qui m'a immédiatement séduite par son côté solitaire et marginal. Sans compter les parents des jumeaux ; notamment le père, un modèle pour ses fils et prêt à tout pour les sauver.

Le style de M. Mourlevat est tout simplement magnifique. Très poétique, on est plongé dans son récit de manière si immersive qu'on visionne facilement les scènes en tête. Ses descriptions sont très vivantes, tant au niveau des paysages qu'au niveau des sentiments qu'éprouvent ses personnages. Cela renforce cette impression d'immersion totale et de récit "vivant".

Une histoire forte, accompagné de personnages merveilleusement travaillés, le tout saupoudré d'une écriture très poétique : Le chagrin du roi mort est une petite merveille en littérature jeunesse que je vous invite à lire sans tarder. Je regrette juste une fin abrupte pour Brisco qui empêche ce roman d'être un coup de cœur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire