samedi 29 avril 2017

Liselotte et la forêt des sorcières, tome 1

HISTOIRE

Liselotte vit avec ses deux domestiques, Alto et Anna, dans une maison située en retrait, en pleine campagne.
On raconte que la forêt qui l'entoure est peuplée de sorcières. Un jour, Liselotte en croise une sur sa route. Il faudra l'intervention d'un mystérieux jeune homme pour la sortir de ce mauvais pas...

CRITIQUE

De Natsuki Takaya, j'en garde un bon souvenir avec Fruit Baskets. J'avais bien aimé le manga, même si je ne suis jamais arrivée au bout des 23 volumes. Et je précise que je n'ai jamais visionné l'animé.
J'avais également commencé Twinkle Stars des années auparavant, mais là encore, je n'ai jamais conclu cette série.
Et voilà que je me lance dans Liselotte et la forêt des sorcières, une série dont le pitch de ce premier tome me tentait énormément.
Je pense donner ma chance au tome deux, parce que là, c'est pas très concluant...

Comme le titre l'indique, on suit Liselotte, une jeune demoiselle qui vit dans un trou perdu, avec pour seuls compagnies ses deux domestiques : Anna et Alto, des jumeaux qui veillent à son bien-être et sa sécurité.
Mais l'arrivée d'un jeune homme aux yeux roses pâles va chambouler le quotidien de notre trio...

Ce qui m'a déçue dans ce volet, c'est qu'on reste énormément dans l'introduction. Certes, c'est bien de présenter les personnages et le contexte ; mais en dehors de la sorcière que Liselotte rencontre et son sauvetage, y a pas grand chose qui se passe.

On a bien l'arrivée d'Engetsu (l'homme mystérieux dont il est question) et celle d'un quatrième personnages, assez drôle, je vous l'avoue. Mais y a pas beaucoup d'actions, et l'aspect fantastique est aussi peu présent.

En fait, la mangaka ne donne guère d'indications sur les sorcières et la forêt entourant la maisonnée. Ça reste très flou et on n'apprend pas grand chose. Ceci dit, vu la fin intriguante, cela me donne envie de poursuivre la série, afin de voir si elle évoluera par la suite.

Si l'histoire n'est pas très passionnante, les personnages eux, le sont davantage. Enfin, sauf l'héroïne principale.
Parce que Liselotte est clairement une grosse tête de linotte (non, non, j'ai pas fait exprès d'utiliser ce mot !) ; elle change constamment d'avis comme de chemise, ramène un type qu'elle ne connaît guère chez elle et le laisse s'installer tranquillement chez elle, se montre parfois gnan-gan dans ses réflexions...
Bref, une héroïne assez cruche à laquelle je ne me suis pas attachée du tout !
MAIS... Je l'écrit en majuscule, parce que, malgré tout, la jeune femme semble posséder un passé mystérieux.
On apprend une ou deux choses sur sa présence dans cette curieuse maison, mais de manière suffisamment développé pour qu'on ait tous les éléments en main. Résultat : elle a quand même ce petit côté "intriguant" qui donne envie d'en apprendre plus sur elle. Elle ne part donc pas complètement sur une note négative.

Pourtant, j'ai largement préféré les autres persos qui gravitent autour d'elle. A commencer par Alto et Anna, les jumeaux.
Et Liselotte a du bol d'avoir deux domestiques bien plus terre-à-terre qu'elle, qui prennent soin d'elle et veillent sur sa sécurité !
Je les ai trouvés très attachants et les mieux développés de toux ceux qu'on croise dans ce premier tome. Enfin, "développé", c'est un bien grand mot, mais ce sont les plus présents, et donc, les mieux traités dans le caractère.

On a aussi Engetsu, le type hyper mystérieux que Liselotte semble d'ailleurs bien connaître. A ce stade, je peux pas trop en dire quoi que ce soit ; il a l'air de cacher bien des choses.
Et concernant le quatrième bonhomme, j'en dirais pas grand chose pour vous laisser la surprise, vous sachez qu'il apporte la touche d'humour en plus dans le récit et que je l'ai trouvé tout simplement succulent à suivre !

Je retiens aussi le coup de crayon de Natsuki Takaya, reconnaissable facilement ; les yeux de ses personnages très grands (plus encore que ceux qu'on a l'habitude de voir dans les mangas, mais ce n'est que mon point de vue) et une proportion à dessiner des visages très doux. Ce qui est très flagrant pour les protagonistes féminins.

Il fallait bien qu'un manga soit tôt ou tard un flop. Et c'est tombé sur Liselotte et la forêt des sorcières. L'histoire est très introductive et l'héroïne est assez cruche.
Mais je retiens le grand mystère qui plane autour de ce volet et le chara-design de tout ce petit monde. C'est pour ces deux raisons que je poursuivrais la série, en espérant qu'elle s'améliore dans les tomes suivants.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire