samedi 20 janvier 2018

Les apparences

HISTOIRE

Nick Dunne vit une vie paisible avec sa femme Amy. Ayant tous les deux perdu leur travail, ils doivent emménager dans un petit appartement et vivre dans une nouvelle cité.
Un jour, Amy disparaît. Pour Nick, commence alors l'enquête pour retrouver sa femme. Parallèlement, il va se rendre compte qu'elle lui cachait bien des choses...

CRITIQUE

Dans le cadre du challenge ABC Policier/Thriller, j'ai choisi ce titre afin de découvrir Gillian Flynn, mais aussi parce qu'il a remporté un succès monstre tant en VF qu'en VO.
Et une fois encore, voilà un best-seller qui ne m'aura pas séduite? Décidément, là où les coups de cœur s'enchaînent, j'ai l'impression que ces livres qui marchent ne sont pas fait pour moi !

Les apparences met en scène un couple à priori sans histoire : Nick et Amy. Cette dernière disparaît mystérieusement, laissant à Nick le soin de la rechercher, avec l'aide de la police. Mais rapidement, les indices accumulés semblent indiquer que Nick pourrait être un bon suspect. Comment va-t-il se sortir de ce mauvais pas pour prouver son innocence ?

Dès les premières pages, j'ai de suite senti que ça n'allait pas le faire.

En cause, la première partie, que je trouve très plate ; l'auteure prend le temps de mettre en place le contexte et les personnages, certes, mais c'est inintéressant. A cela s'ajoute des flashs-backs qui n'en finissent pas ; quitte à donner une ligne du temps, il aurait fallu placer les événements dans l'ordre chronologique et surtout, accélérer un peu les choses.

Heureusement, les deuxième et troisième parties sont nettement meilleures. Mon intérêt est remonté en flèche une fois franchi ce cap, même si je pointe un autre défaut, déjà relevé dans la première partie : la longueur.
J'ai trouvé l'ensemble du bouquin incroyablement long. Ça dure durant 570 pages et je les ai senti ; ça traîne en longueur, j'ai eu l'impression que j'en verrais jamais le bout !

C'est dommage parce que j'ai trouvé l'idée de base à la fois géniale et glaçante à souhait : voir jusqu'où on est prêt à aller par vengeance.
La fin est d'ailleurs à la hauteur de ce fameux plan ; j'avoue, même si par moments je me suis ennuyée, j'ai repensé à ce livre après l'avoir terminé.

Autre bonne idée : l'alternance des points de vue. On suit l'histoire à travers les yeux de Nick et Amy. Et chacun d'eux va donner sa version des événements, pour permettre aux lecteurs de mieux s'y retrouver. Et chacun va donner sa propre opinion sur une même scène, ce qui ajoute un plus par rapport à leur psychologie.

Et puisqu'on aborde la psychologie des personnages, ça va être l'occasion de parler d'eux, même si cette chronique se centre surtout sur Nick et Amy.
Je le dis d'emblée : j'ai détesté Nick. Il peut sembler attachant, surtout vu tout ce qui lui tombe dessus, mais je l'ai trouvé imbuvable ! Sa façon de gérer les choses (du moins au début), son comportement vis-à-vis de son entourage... Bref, je l'ai trouvé antipathique et pas vraiment attachant.

Amy est nettement mieux, même si c'est pas encore LE personnage attachant de l'histoire.
Déjà, j'ai trouvé son plan à la fois glaçant et génial ; une autre femme aurait réagi d'une manière classique après ce qu'elle a vécu. Mais pas elle.
Non, elle va nous présenter un truc complètement dingue, mais en même temps tellement cohérent qu'on pourrait se dire : et si je faisais un coup pareil aussi ?

Ensuite, elle se présente comme une personne assez particulière ; en même temps, vu les parents qu'elle se paye, c'est pas étonnant qu'elle soit comme ça. Les chapitres la concernant étaient bien mieux, plus intéressants que ceux de Nick. J'ai beaucoup aimé sa façon de réagir par rapport aux événements, même si son attitude reste, par moments, condamnable. Cela explique pourquoi elle n'est pas non plus attachante.

Le seul personnage que j'ai vraiment apprécié, c'est Go, la sœur jumelle de Nick. Elle se montre forte, malgré les bourdes de son frangin. Pour le coup, j'aurais bien aimé aussi avoir son point de vue sur les scènes auxquelles elle assiste.
En revanche, les parents d'Amy sont tout aussi imbuvables que leur beau-fils. Je n'ai pas du tout aimé la façon dont il gérait leur fille, un peu comme si elle servait à leurs fins commerciales.

Il faut cependant reconnaître que le style de Gillian Flynn est ultra fluide et que ce bouquin se lit facilement, malgré ses longueurs. J'attends de voir ce qu'elle va m'offrir dans d'autres romans, mais je ne peux pas vraiment parler d'un thriller. Il s'agit plus d'un roman psychologique.

Les apparences ne m'aura malheureusement pas séduite. En cause : des longueurs parfois interminables et des personnages pas hyper attachants (voire insupportables). J'attends ma prochaine lecture de Gillian Flynn au tournant, en espérant qu'elle m'offrira mieux.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire