samedi 6 janvier 2018

Le crime de l'Orient-Express

HISTOIRE

Dans le cadre de son travail, Hercule Poirot embarque à bord du célèbre Orient-Express, en compagnie d'autres passagers. Mais ce que son ami M. Bouc, directeur de la compagnie des Wagons-lits, redoute se produit : un meurtre a été commis.
Mais, entre les suspects et les alibis, pas facile de s'y retrouver ! Poirot va tenter de démêler le vrai du faux pour démasquer le coupable.

CRITIQUE

J'avais déjà lu ce roman des années auparavant. Je voulais le relire suite à la sortie du film avec Johnny Depp, mais aussi pour le Challenge des Douze Thèmes, dont celui de Janvier consistait à lire un livre adapté au cinéma ou à la télévision.
Et ce fut un plaisir de retrouver la plume d'Agatha Christie et surtout Hercule Poirot !

Nous suivons donc notre détective belge qui doit repartir à Londres pour son travail. Il embarque donc à bord de l'Orient-Express, en compagnie notamment d'un vieil ami, M. Bouc.
Rapidement, le mauvais temps oblige les responsables à stopper le train. Et, comble de malheur, l'un des passagers, Ratchett, est assassiné. A qui profite le crime ? C'est ce que Poirot va tenter de découvrir...

Ce que j'ai aimé, c'est le huit-clos que propose Agatha Christie. En effet, quasiment toute l'intrigue se passe à bord de l'Orient-Express. Les trente/quarante premières pages se passent dans un hôtel et à bord des quais. A partir du moment où on découvre le corps de Ratchett, c'est parti pour un festival d'interrogatoires et de suspects potentiels.

Du coup, cela donne un jeu de piste très intéressant à suivre ; comme Poirot, on assiste aux interrogatoires des passagers et du personnel et, comme le détective, on se pose des questions et on relève les incohérences. Qui dit vrai ? Qui ment ?
J'ai adoré, pour reprendre l'expression favorite de Poirot faire "travailler mes petites cellules grises" et tenter de percer à jour le coupable.
Bon, comme il s'agissait d'une relecture, je me souvenais assez bien de son identité. Il faut dire que ça m'avait tellement marqué que cela m'est resté !
Ce n'est pas tant (re)connaître le tueur qui m'a poussée à relire ce livre. C'était surtout pour retrouver Hercule Poirot. Et j'avais oublié à quel point il peut être drôle !

J'ai beaucoup aimé ses réparties ; il n'hésite jamais à se montrer indiscret, là où la morale oblige à la discrétion absolue. Mais son sens de l'observation et ses déductions font toujours mouche. Jusqu'au final où il démontre, point par point, sa conclusion qui l'amène à désigner le meurtrier. Brillant !

Autre point dont je ne me souvenais plus, c'était la plume d'Agatha Christie. C'est frais, agréable et sans fioriture. On va à l'essentiel, mais, avec ce titre, elle offre un formidable jeu de piste, à huit-clos, permettant aussi au lecteur d'entrer dans l'enquête et tenter de percer le mystère.

J'ai aussi aimé la manière dont elle aborde la psyché humaine à travers les quelques personnalités présentes dans le train. Entre l'hystérique, la princesse maîtresse d'elle-même et sa fidèle femme de chambre, le débonnaire, etc., y a de quoi faire. C'est très vaste, mais qu'importe : cela permet de se faire une idée sur les personnalités de chacun et de voir qui avait intérêt à voir disparaître Ratchett.

Le crime de l'Orient-Express est un excellent policier, qui propose un très bon jeu de piste, à huit-clos. J'ai pris plaisir à redécouvrir ce titre, mais surtout la plume de l'auteure et son détective fétiche. J'en lirais d'autres rapidement !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire