mardi 16 janvier 2018

Au fond de l'eau

HISTOIRE

Julia doit retourner dans le village de son enfance car sa sœur a été retrouvée morte, dans des circonstances mystérieuses. Elle doit s'occuper de sa nièce, Lena, et prendre aussi la maison en charge.
Cependant, elle va s'apercevoir que les habitants ont bien des choses à cacher. Et tous les secrets semblent converger vers la rivière qui traverse le village.

CRITIQUE

La fille du train était une lecture mitigée. Je voulais malgré tout donner une deuxième chance à Paula Hawkins avec Au fond de l'eau.
Et je me demande vraiment si je vais retenter l'aventure, parce que, là encore, ça n'a pas été une lecture brillante.

Après le train, la rivière ! Cette dernière est l'élément principal de l'intrigue, car dans le village où Julia se rend, plusieurs femmes ont été retrouvées noyées, dont sa sœur. Julia va donc tenter de s'occuper de ses affaires et de Lena, sa nièce de quinze/seize ans, en pleine crise d'adolescence. Mais comme tout village qui se respecte, chacun semble porter un lourd secret. Un secret qui concerne de près ou de loin la rivière...

Avec un tel pitch, je me suis dis que ce serait intéressant de suivre l'enquête et de découvrir peu à peu les fameux secrets et le mystère planant autour de la rivière. Car on sent qu'il y a des histoires sordides autour de ce point d'eau, objet de crainte et de fascination à la fois.

Et qu'est-ce que je me suis trompée !!!

Dès le début, j'ai trouvé l'ensemble très confus. En cause : la narration.
L'auteure nous abreuve de chapitres dont la narration est la plupart du temps à la première personne du singulier. Certes, les noms des chapitres commencent par les prénoms des personnages, mais cela donne malgré tout l'impression que tout est flou.
On ne sait pas qui est qui, qui occupe tel poste au sein du village, le rôle de chacun, etc. Et pendant les soixante premières pages, c'est ce que j'ai ressenti. Après, c'est mieux passé et j'arrivais à m'y retrouver.
Mais à chaque fois que je reprenais le livre après une pause, j'avais du mal à me resituer par rapport aux personnages. Il me fallait toujours un temps d'adaptation avant de me rappeler les rôles de chacun.
Je trouve que faire parler presque tous les protagonistes à la première personne n'est pas vraiment une bonne idée ; il aurait fallu leur donner une narration à la troisième personne, pour pouvoir mieux s'y retrouver. C'est du moins l'impression que j'ai eue.

Pourtant, l'ambiance en elle-même est mieux travaillée que dans La fille du train. On sent un vrai malaise au sein de cette communauté. Tout tourne autour de cette fameuse rivière où les morts suspectes se multiplient. Entre les non-dits et les secrets dissimulés, y a quand même un énorme suspens qui se maintient pendant la première moitié du récit.

Et puis, passé la deuxième, j'ai tout de suite compris où l'auteure voulait m'emmener. De fait, j'avais deviné le gros point de l'histoire, avant d'arriver à la fin. C'est dommage parce que la première moitié me plaisait malgré le sentiment de confusion qui régnait ; je voulais vraiment savoir ce qui allait se passer.
Et la deuxième gâche un peu l'ensemble, à cause de ces révélations qui, à mes yeux, n'en sont pas vraiment. Comme pour La fille du train, Paula Hawkins ne brouille pas suffisamment les pistes, alors que c'est précisément l'intérêt de ce genre d'ouvrages.

Et puisqu'on parle de la deuxième moitié, je trouve que la fin n'en n'est pas une. Pour moi, Au fond de l'eau est un roman inachevé. Il manque une grosse partie du récit, qui prend quand même pas mal de place dans ces 400 pages. Et finalement, on les balance à la corbeille comme si de rien n'était !
Non, je ne suis pas d'accord. Et franchement, payer vingt balles pour un roman qui, toujours à mes yeux, n'est pas fini, ça me mets en rogne !

L'autre gros souci du livre, ce sont les personnages.
C'est bien simple : je ne me suis attachée à aucun d'entre eux.
Que ce soit Julia, archi fade (et c'est quoi ce délire de vouloir être appelée Jules ?!), Sean le flic qui semble constamment dopé à l'héroïne (même si son comportement s'explique, surtout vers la fin) ou encore Nikki, une espèce de pseudo-sorcière, adepte des arnaques, aucun ne m'a plu.
A la limite, Lena est encore celle qui tire le plus son épingle du jeu, mais pas vraiment dans le bon sens. Elle fait à un moment donné un mauvais choix, qui va la pousser vers un chemin que je n'ai pas apprécié du tout. Bon, elle finit par se révéler progressivement, mais franchement, c'était pas non plus la panacée.

Je dirais pas que le style de Paula Hawkins est addictif, mais elle a su instaurer une ambiance sombre et glauque, même si elle n'a pas su distiller le suspens correctement. Non pas que le roman soit difficile à lire, mais je m'attendais à être davantage transportée.

Décidément, entre cette auteure et moi, le courant ne passe pas. J'ai l'impression qu'elle a un mal de chien à proposer des personnages attachants et à placer le suspens là où il faut. Mais surtout, les révélations déjà devinées à l'avance, le choix de la narration pas judicieux et les personnages auront fait que cette lecture a été très moyenne dans l'ensemble.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire