mardi 19 décembre 2017

La Princesse des glaces

HISTOIRE

Erica Falck, auteure de biographies, fait une macabre découverte : le corps de son amie d'enfance baigne dans sa baignoire, les veines tailladées. Tout semble indiquer un suicide, mais la jeune femme n'est pas de cet avis. C'est aussi l'opinion de Patrik Hedström, qui va enquêter sur le passé de la victime.
Le duo va alors se rendre compte que les habitants du petit village de Fjallbacka ont bien des choses à cacher.

CRITIQUE

De Camilla Läckberg, j'avais lu Le Prédicateur, des années auparavant. Je voulais me lancer dans un deuxième livre de l'auteure et mon choix s'est porté sur La Princesse des glaces, car le pitch me plaisait.
Finalement, j'en suis plutôt satisfaite, mais il n'est pas parfait pour autant.

L'histoire commence avec la découverte du corps d'une jeune femme, nue, dans sa baignoire, qui semble s'être suicidée en se taillant les veines. Mais Erica et Patrik ne sont pas de cet avis ; leur opinion commun sur la scène de crime va les pousser à enquêter de leur côté sur la victime, son passé et ses proches. Et ils vont s'apercevoir que certains ne veulent pas que les cadavres sortent de leurs placards...

L'histoire en elle-même est assez plaisante à suivre, même si j'ai traîné cette lecture. Pas qu'elle soit mauvaise ; mais je me suis rendue compte qu'on n'a pas beaucoup de suspens, et même de tension dans le récit. Et ça joue énormément sur le rythme.
Malgré tout, l'auteure arrive à distiller une ambiance pesante et lourde de sous-entendus ; elle a l'excellente idée de nous balader d'un personnage à l'autre, ce qui permet deux choses.
Déjà, un point de vue différent sur une même scène, élément que j'affectionne tout particulièrement ; et surtout l'occasion de montrer qu'un village à priori paisible dissimule de sombres secrets.

Malgré le manque de peps, le final m'a surprise ; des révélations tout simplement énormes qui m'ont scotchée, tellement j'étais partie sur une autre voie !
Ce que j'ai bien aimé aussi, ce sont les sujets traités dans le bouquin : on parle bien évidemment de secrets, mais aussi des ravages de l'alcool, la violence conjugale, le deuil... C'est pas joyeux, mais miss Läckerg sait correctement traiter ces sujets, sans jamais être racoleuse.

En revanche, ce qui m'a déçue, en plus de l'absence de tension, c'est la manière dont notre duo résout les énigmes qui se présentent à eux.
Je m'explique : untel est dans l'impasse concernant l'enquête. Il/Elle a un pressentiment et le vérifie. Il s'avère qu'il/elle était sur la bonne voie et va parler avec la personne concernée pour qu'elle lui explique certaines choses. Seulement, si lui/elle a compris direct, le lecteur est dans le flou total jusqu'à ce que les révélations lui soient offertes.
Ce qui me pose vraiment problème, c'est ce fameux "pressentiment" qu'Erica et Patrik éprouvent. Une fois ou deux, ça passe. Sauf que ça se produit à plusieurs reprises et ça devient vite soûlant ! De plus, ça donne un côté "trop facile" au récit, un comble pour un roman policier !

Les personnages sont plus intéressants à suivre que l'intrigue en elle-même.
J'ai adoré Erica ; cette demoiselle célibataire doit gérer seule les affaires de ses parents décédés, sa sœur Anna étant très prise dans sa vie personnelle. Auteure de biographies, le syndrome de la page blanche n'est pas loin ; mais étant celle qui a découvert le corps, elle va vite s'immerger dans l'enquête et tenter de découvrir la vérité de son côté.
Je l'ai trouvée très touchante, très portée sur les autres ; elle n'hésite jamais à tendre la main, quitte à s'oublier elle-même. 

Patrik m'a également beaucoup séduite ; en fait, c'est surtout le couple qu'il forme avec Erica que j'ai trouvé super mignon. On dirait davantage des adolescents que des adultes ayant passé le cap de la trentaine. Mais il n'en reste pas moins un homme prévenant, très porté sur l'enquête, au détriment de son supérieur hiérarchique.

Les personnages secondaires sont plutôt bien présentés, même si je les ai trouvés moins attachants qu'Erica et Patrik. Mais j'ai beaucoup aimé aussi Anna, la petite sœur d'Erica, qui traverse une période extrêmement difficile dans sa vie, ajouté à la perte de ses parents. Je n'en dirais pas plus, mais j'espère que sa situation va s'améliorer par la suite...

Comme il s'agit d'une traduction, je craignais que ce soit trop soutenu, pour une raison très puérile : je lis très peu d'auteurs suédois. Du coup, ça a été l'occasion de découvrir une nouvelle plume, assez sympa, avec une ambiance travaillée. Cela me donne envie de poursuivre la bibliographie de l'auteure.

Malgré un manque de suspens et de tension, sans compter la façon un peu trop facile dont les personnages mènent l'enquête, j'ai passé un agréable moment. L'ambiance est là, les personnages apportent tous quelque chose et le couple Erica/Patrik est adorable et attachant. De quoi me donner envie de continuer l'aventure Camille Läckberg !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire