vendredi 29 décembre 2017

Codex 632 : le secret de Christophe Colomb

HISTOIRE

Tomàs Noronha, un éminent cryptologue, est appelé pour poursuivre les recherches du professeur Toscano, mort d'une façon mystérieuse.
Au fur et à mesure de ses pérégrinations, il va mettre à jour d'incroyables secrets entourant Christophe Colomb.

CRITIQUE

Je n'avais jamais lu José Rodrigues Dos Santos auparavant. Je voulais lire La Formule de Dieu à la base, mais ne l'ayant pas trouvé à la bibliothèque, je me suis rabattue sur Codex 632 : le secret de Christophe Colomb.
Mon avis global : j'ai passé un agréable moment, mais j'ai relevé quelques défauts.

Le personnage principal, Tomàs Noronha, doit poursuivre des recherches effectuées par le défunt professeur Toscano. Ce dernier travaillait à la base sur les origines de la découverte du Brésil, mais il va vite s'en éloigner pour se consacrer intégralement aux grandes découvertes, et plus particulièrement sur la vie de Christophe Colomb.
Et les secrets déterrés par les deux hommes pourraient bien changer la face historique de l'explorateur...

Il faut savoir qu'en matière de thriller ésotérique, j'ai une référence : Da Vinci Code, écrit par Dan Brown. Déjà parce que c'est le premier thriller du genre que j'ai lu et d'autre part, j'ai adoré le film. Depuis, ce récit est devenu donc une référence dans ce domaine.
J'imagine bien qu'entre les deux œuvres, y a de grosses différences, tant dans l'histoire que les personnages. Mais j'ai tendance à faire des comparaisons quand je lis un thriller ésotérique.

Dans ce genre de récit, je m'attends donc toujours à de l'action, à ce que le protagoniste soit acculé d'une manière ou d'une autre.
Ce n'est vraiment le cas ici. Oui, Tomàs est acculé à un moment donné, mais pas dans le sens que j'attendais.
En fait, j'ai plutôt eu l'impression que l'auteur voulait davantage étaler ses connaissances que vraiment raconter une histoire.

Parce qu'il faut avouer qu'il ne se passe pas grand chose ; je pensais qu'on aurait un thriller pur et dur, avec quelques moments d'actions. Mais pas du tout !
Finalement, Tomàs parvient à résoudre les problèmes assez facilement et peut donc en profiter pour nous abreuver de discours autour de Christophe Colomb et de ses origines.

J'ai trouvé cet aspect très intéressant, même si certains passages sont assez hardcore à lire (cf. celui du prénom, pour ne citer que celui-ci). Malgré tout, j'ai appris pas mal de choses, ce qui reste le plus gros point fort du bouquin.

Malheureusement, si l'auteur se centre essentiellement sur la partie explicative, les personnages perdent en capital sympathie.
A commencer par Tomàs, notre professeur. Outre qu'il prend des décisions assez spéciales qui m'ont beaucoup dérangée, je n'ai pas éprouvé d'attachement particulier vis-à-vis de lui.
Et c'est pareil pour les autres personnages ; en fait, on ne s'attarde pas trop sur eux, on ne prend pas le temps de les développer. Du coup, ils restent cantonnés au rôle de personnages de papier.

Idem aussi pour l'émotion. Pourtant, y avait matière à susciter l'émotion au vu de certaines scènes. Mais je n'ai pas ressenti de pincement au cœur ou autre chose : je lisais machinalement, sans rien éprouver. Là encore, le fait de tout centrer sur les discours/explications étouffent l'ensemble, ce qui provoque ni sentiment, ni attachement.

J'avais entendu dire que Dos Santos était un auteur accessible, mais je craignais quand même que la traduction soit trop lourde. Heureusement, ce n'est pas le cas ; ça reste accessible, surtout pour les personnes qui ne sont pas familiarisés avec l'Histoire, à des notions de mathématiques et de codes. Ce qui fait que j'ai lu ce texte assez facilement.

Même si j'ai passé un bon moment, le fait de tout centrer sur les explications et les connaissances du personnage font qu'on n'éprouve ni attachement, ni émotion particulière pour les protagonistes et l'histoire, qui souffre clairement du manque d'action.
Je testerais d'autres romans de Dos Santos, mais s'ils sont dans la même veine, je ne suis pas sûre de lire l'intégralité de sa bibliographie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire