lundi 25 novembre 2013

La nuit du Solstice

HISTOIRE

Quatre enfants découvrent un monde merveilleux lorsqu'ils suivent une renarde douée de paroles. Ils vont devoir sauver les mondes d'un dangereux magicien prêt à tout pour les conquérir...

CRITIQUE

D'emblée, pinglons la magnifique couverture qui annonce le ton : une histoire fantastique qui n'est pas sans rappeler "Narnia" ou "Alice au Pays des Merveilles". Pourtant, cette intégralité qui regroupe les deux tomes de la saga ne m'a pas du tout convaincue. Je suis ressortie très déçue et très en colère. Comment peut-on faire si peu de choses avec d'aussi innombrables idées ? Je me pose encore la question...
On va d'abord commencer par le point global regroupant les deux tomes réunis : le monde crée par L.J. Smith. Un monde enchanteur, peuplé de créatures fantastiques, monstrueuses et dangereuses pour la plupart. De plus, il est question de bâtons de couleurs possédant des pouvoirs spécifiques.
Vous désirez en apprendre plus ? Pas de bol, c'est tout ce que vous aurez comme informations ! Parce que, comme d'habitude avec cette auteure, on se contente du strict minimum alors qu'il y a matière à faire quelque chose de beaucoup plus poussé. Mais l'auteure se contente de peu d'éléments et n'explique pas grand chose. Résultat : à vous de vous démmerder pour comprendre quoi que ce soit au monde ! Et je vous assure que ce n'est pas simple ! Et si seulement c'était le seul défaut...
Car l'histoire connaît une série de rebondissements sans véritable lien. Je m'explique : les scènes s'enchaînent et n'ont pas vraiment de lien entre elles. J'ai eu l'impression de visionner un film dont le montage était tellement mal fait qu'il n'avait plus aucun sens ! Et bien, "La Nuit du Solstice", c'est pareil : des scènes qui sont là pour remplir des pages, qui arrivent comme un cheveu sur la soupe... sans parler de l'action très mal décrite et qui se résumé à deux pages. Tout est réglé en deux temps trois mouvements. Et je ne parle pas de la facilité avec laquelle tout est réglé : tant les sortilèges appris très vite alors qu'on ne connaît ce monde que depuis deux jours, les enfants qui trouvent les réponses aux énigmes aussi facilement qu'on achète son pain au boulanger... C'est trop facile, pas une seule fois j'y ai cru !
Et je reproche tout cela dans les deux tomes... à part le passé de Morgana qu'on apprend davantage dans le deuxième volume. Là, L.J. Smith s'attaque à quelque chose auquel je ne m'attendais absolument pas ! J'étais ravie de cette manière de procéder, d'autant plus que cette nouvelle mythologie explique pas mal de choses concernant la toute fin de l'intégrale.
Bon, vous l'aurez compris, je n'ai jamais réussi à accrocher à l'histoire. A tel point que j'ai failli abandonner ma lecture. Mais je me suis accrochée, espérant un retournement de situation qui me ferait enfin apprécier cette lecture. En vain.
Mais les personnages ne sont pas en reste ! Des quatre enfants, pas un seul ne m'a convaincue. Déjà, n'ayant pas de personnalité distincte, j'ai eu l'impression de voir des clones en face de moi. Et puis, faut bien avouer qu'ils m'ont un peu tapé sur le système... Avec leur façon de voir les choses de manière aussi rapide, leur manière d'accepter un peu trop vite ce monde.... Sans compter le choix concernant l'un d'entre eux par rapport à Morgana que je n'ai toujours pas compris...
Dans le rôle du grand méchant sorcier, on retrouve Cadal, un homme pas vraiment convaincant dans son rôle, qui fait même pâle figure à côté d'un autre personnage dont je tairais le nom. Désolée, mais personne ne peut détrôner Voldemort jusqu'à ce jour^^
Et pour terminer sur le style, faut bien avouer que c'est pas particulièrement bien écrit... Même si c'est très fluide, le très peu d'éléments positifs que j'ai pu retenir ne suffisent pas à sauver ces deux romans du naufrage. "La Nuit du Solstice" marque ma deuxième grosse déception de l'année 2013.


NOTE

1/5

Aucun commentaire:

Publier un commentaire