mercredi 14 février 2018

Blacklistée

HISTOIRE

Regan Flay est l'une des filles les plus populaires du lycée. Mais le jour où ses messages et propos deviennent publics, tout bascule. Ses amies lui tournent le dos, elle fait l'objet d'un lynchage sans précédent... Seul Nolan s'intéresse à elle.
Arrivera-t-elle à remonter la pente ?

CRITIQUE

Voilà un titre que je souhaitais lire depuis sa sortie en VF, au vu des commentaires dithyrambiques. De plus, il traite d'un sujet difficile : le harcèlement scolaire.
Et pourtant, je m'attendais à autre chose. Non pas que je n'ai pas aimé, mais je m'attendais à un récit beaucoup plus poignant.

Regan passe son temps à jaser sur les autres, souvent pour obtenir ce qu'elle veut. Ses meilleures amies savent qu'elle n'a pas sa langue dans sa poche.
Mais un jour, ses propos qu'elle tenait sur les réseaux sociaux sont affichés sur les murs du lycée.
Pour Regan, la descente aux enfers commence...

Le gros souci que j'ai avec l'histoire, c'est que je m'attendais à ce qu'elle me prenne vraiment aux tripes. Mais cela n'a pas été le cas.
Bien sûr, le roman a ses moments touchants ; je pense notamment à cette scène où Regan voit les commentaires sur un groupe Facebook dont elle est le sujet principal. A ce moment-là, j'ai trouvé qu'elle était dramatique. Et aussi parce qu'elle m'a rappelée des moments douloureux, suite à mon histoire personnelle.

Ceci dit, je n'ai non plus été happée par le récit, au point de poursuivre absolument ma lecture. En fait, je trouve que Cole Gibsen reste encore assez "gentillet" dans son propos. Les ados peuvent se montrer vraiment cruels entre eux, mais ce point n'est pas suffisamment mis en avant.

Le thème du harcèlement scolaire est cependant bien traité et est même assez "complet", dans la mesure où l'on sent tout l'impact sur la personne concernée (insultes quotidiennes tant au lycée que sur les réseaux sociaux, pour ne citer qu'un exemple). De plus, Regan était elle-même une sorte d'harceleuse, avant d'être elle-même harcelée. Ce qui permet d'avoir deux points de vue radicalement différent sur une même situation.

Le point central reste la romance qui se noue progressivement entre Nolan et Regan... alors que cette dernière ne peut pas le saquer. Du moins au début.
Ça reste assez cliché, même si l'adolescent représente la bouée de sauvetage au milieu de l'océan tourmenté que traverse Regan. Cela donne lieu à des scènes assez touchantes.

En fait, avec le recul, mon gros reproche reste l'inégalité entre l'émotion promise et celle fournie dans le bouquin. Je trouve finalement que deux ou trois scènes m'ont vraiment marquée. Notamment la fin, qui amène une belle note d'espoir pour le futur. C'est d'ailleurs le gros point fort du récit ; j'ai adoré la façon dont l'auteure conclut son propos. J'ai quitté le livre, le sourire aux lèvres, avec l'idée que l'humanité n'est pas toujours noire et qu'elle peut aussi faire le bien !

Par contre, j'ai eu du mal avec Regan, au début du récit. Le fait qu'elle parle des autres sur le dos, pour obtenir ce qu'elle veut, c'est le genre de choses que je condamne chez un personnage.
Mais à mesure qu'on avance dans le texte, on s'aperçoit qu'elle n'a pas la vie facile. Avec une mère qui veut absolument qu'elle soit parfaite en tout point, et qu'elle suive le chemin qu'elle a tracé pour elle. Regan étouffe sous le joug maternel, mais ne sait pas quoi faire pour en sortir.
Il en ressort une ado attachante, qui affronte ces épreuves et va peu à peu s'affirmer. Elle a finalement su me convaincre, alors que c'était pas gagné au départ ! Alors que c'est la narratrice, elle nous raconte son calvaire et son évolution.

En revanche, Nolan m'a moins convaincue. Je l'ai trouvé assez étrange dans sa façon d'être avec Regan, même si la fin apporte une explication. Mais je ne l'ai pas trouvé attachant, j'ai même éprouvé de l'indifférence.

Les persos secondaires sont assez en retrait, même s'ils apportent un plus à leur façon dans l'histoire de Regan. Mais comme ils ne m'ont pas marquée plus que ça, j'en ai rien retenu de spécial.

Malgré tout, le livre est très ancré dans son époque et Cole Gibsen nous parle de son récit avec réalisme, sans jamais faire dans la surenchère. Mais paradoxalement, j'ai eu l'impression qu'elle n'osait pas aller au bout des choses, quitte à rester dans un ton soft.

Blacklistée est un roman qui traite bien du harcèlement scolaire, même si le propos reste assez "gentil". L'auteure ne va pas suffisamment en profondeur et les personnages sont soit en retrait, soit peu attachants, à l'exception de Regan la mieux travaillée du lot.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire