jeudi 16 mars 2017

Le Parfum des Sentiments

HISTOIRE

Ayant surpris son petit ami dans les bras d'une autre, Elena Rossini décide de changer de vie.
Avec l'aide d'une amie, elle s'installe à Paris où elle trouve un travail dans une prestigieuse parfumerie.
Mais le parfum représente bien plus que la vie d'Elena ; il est le symbole même de la famille Rossini depuis des générations. Et notre héroïne va le comprendre au contact de nouvelles personnes.

CRITIQUE

J'ai adoré le titre de ce roman. Mais si le titre est magnifique, le contenu n'est malheureusement pas à la hauteur de ce que j'attendais. J'ai passé un bon moment, certes, mais ce n'est pas non plus LE roman du siècle...

Nous suivons Elena Rossini, descente d'une illustre famille de parfumeurs. Suite à la tromperie de son ex, elle décide de s'installer à Paris où elle rencontrera des personnes qui changeront sa vie.

L'histoire est assez sympa à suivre, même si elle est simple. Une jeune femme change de vie et se rend compte de certaines choses durant ses nouveaux contacts. Elle s'ouvre notamment aux autres et apprend à maîtriser son don pour les parfums, objets qu'elle avait fui à la suite d'une enfance malheureuse.
En soi, le manque d'originalité n'est pas un gros problème en soi. L'auteure nous plonge dans l'univers fascinant des parfums et fait donc appel à un sens peu développé en littérature : l'odorat.
La façon dont elle décrit les odeurs, les flacons, les paysages et autres font que je me suis sentie immergée dans le récit. Les parties descriptives sont ce que j'ai préféré durant ma lecture.

Si j'ai pris plaisir à suivre l'histoire, j'ai relevé malgré tout un gros défaut : l'impression que les relations entre les personnages ne sont pas naturelles. Cela m'a posée problème parce que cela ne m'a pas permis de m'attacher à tout ce petit monde.
A commencer par les relations amoureuses, celle d'Elena et Cail, notamment. Ces derniers se tournent autour, se parlent peu, n'osent pas s'avouer leurs sentiments et ça m'a énervée. J'aime les gens qui vont droit au but (dans les livres comme dans la vraie vie) et là, c'est pas le cas. En plus, j'ai pas compris la dispute intervenant à la fin. Parce que vous avez, dans toute romance qui se respecte, une dispute qui sépare le couple et ce roman n'y échappe pas. Mais c'est tellement mal amené et grotesque que je n'y ai pas cru une seconde.

Comme écrit plus haut, je n'ai pas trouvé les personnages attachants. Ils ne m'ont pas paru crédibles dans leurs comportements, le couple Elena/Cail en tête.
Je peux comprendre qu'ils ne veulent pas dévoiler leurs blessures du passé immédiatement. Mais tourner autant autour du pot alors qu'ils savent qu'ils sont fous l'un de l'autre et ne presque rien connaître alors qu'on se tombe dans les bras, c'est bof pour moi. Leur relation est très étrange ; c'est pas le principe du "Je t'aime, moi non plus", mais c'est pas loin.
C'est dommage car le talent d'Elena dans la parfumerie est le gros point fort de ce roman. J'ai adoré la façon dont elle accepte petit à petit ce domaine qu'elle avait rejeté durant des années et s'y rouvrir peu à peu. Une bonne occasion surtout d'en apprendre beaucoup sur le domaine de la parfumerie (notamment la façon dont ils sont fabriqués).
Joséphine, l'amie d'Elena, m'a fait le même effet. C'est une jeune femme qui reste avec un connard (désolée, je trouve pas d'autre mot), sous prétexte que c'est un bon coup au lit. Ouais, là encore, c'est limite à mes yeux. Et ce n'est que tardivement qu'elle se décide à changer les choses alors qu'à sa place, je l'aurais fait bien plus tôt...
On suit d'autres personnages, mais ils sont si peu présents qu'on ne s'y attache pas du tout.
Bref, une galerie hétéroclite, mais pas suffisamment travaillée pour me donner envie de connaître et m'identifier à toutes ces personnes...

J'ai adoré l'écriture de Cristina Caboni. On est plongé dans le monde de la parfumerie, avec les descriptions de ses odeurs, leur fabrication et la façon dont elle "gère" la famille Rossini depuis des générations... à tel point qu'un secret y est dissimulé, dont Elena tentera de percer le mystère.

Si les parfums sont au cœur du récit, je déplore surtout des relations peu naturelles entre les personnages ce qui fait que ces derniers ne sont pas attachants. Ce manque de développement se ressent durant toute l'intrigue, qui manque aussi d'originalité (la partie romance en est un bel exemple).
Une lecture sympa, certes, mais trop de défauts font qu'elle est mitigée pour moi.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire