samedi 2 juillet 2016

Le carnet de Théo, tome 1 : Dans ma bulle

HISTOIRE

Théo est une ado mal dans sa peau. Elle se confie alors à son carnet et raconte un peu sa vie : sa rencontre avec le vieux Takeshi, ses relations avec ses parents et ses amis. Sans compter sa passion dévorante pour le dessin et les mangas !

CRITIQUE

Je connaissais déjà cette saga depuis des années, mais ce n'est que récemment que j'ai voulu commencer cette trilogie.
Et je ressors ravie de cette lecture car je ne pensais pas du tout que cela me plairait autant !

On découvre donc Théo (dites Théodora. Eh oui, c'est une fille ! Faut dire aussi que son physique androgyne a de quoi douter !) qui décide de se lancer dans un carnet pour raconter un peu sa vie...

J'ai beaucoup aimé l'histoire : on suit donc Théo, qu'on découvre à mesure qu'on avance dans le roman.
J'ai particulièrement aimé les répliques savoureuses de l'héroïne, qui a un regard assez cynique sur ses semblables. Il faut dire que la demoiselle n'a pas beaucoup d'amis et son look très androgyne ne l'aide pas non plus à s'intégrer...
Sa façon d'aborder le monde qui l'entoure aussi est assez particulière : en fan de mangas qu'elle est, elle n'hésite pas à abreuver son texte de références aux BD nippones qu'elle lit. J'ai adoré ces petites références, d'autant plus qu'un lexique à la fin explique au lecteur à quel manga et/ou personnage Théo fait allusion. Etant moi-même fan de mangas, j'ai salué l'initiative.
Si j'ai pris plaisir à découvrir Théo et son univers, j'ai été surprise par le final. Car l'auteure m'a menée vers un gros événement que je n'ai pas vu venir et qui prend vraiment de l'ampleur dans les dernières pages. Et cela me donne encore plus envie de lire le tome 2 pour voir comment les choses vont évoluer !

Et puisqu'on parle de mangas, je tiens à souligner les illustrations, très "mangas", précisément. Cela ajoute un petit plus au récit, même si c'est regrettable qu'on utilise (presque) toujours les mêmes images pour illustrer les propos de l'héroïne...

J'ai adoré Théo ! Je me suis complètement retrouvée en elle : solitaire, elle peut compter ses amis sur les doigts d'une main ; elle aime les mangas, les animés et surtout le dessin. Cette dernière passion va d'ailleurs l'amener à rencontrer un homme plutôt mystérieux, Takeshi. J'ai aimé les passages où ils se rencontrent, où ils apprennent à se connaître. Et surtout, la façon qu'à le vieil homme de conseiller l'adolescente.
Pour en revenir à Théo, comme je l'ai écrit plus haut, elle possède une certaine répartie et surtout un cynisme incroyable. Ceci dit, on la voit évoluer un peu dans ce premier tome et j'ai hâte de la retrouver dans la suite pour connaître la suite de son parcours.
J'ai aussi aimé Takeshi. Cet homme va être une sorte de guide pour Théo, dans son rêve de devenir mangaka (dessinateur/dessinatrice de mangas). Il va donc la conseiller, mais surtout, porter un regard plus mâture sur ce qui arrive à la jeune fille. J'ai adoré les moments où ils sont ensemble et discutent. J'ai troooop hâte de le revoir aussi dans le deuxième volet !
Les autres personnages sont plus "fades" comparés à eux. Ceci dit, vu la fin que réserve l'auteure, je suis curieuse de voir comment ils vont évoluer et surtout, si je vais enfin avoir de la sympathie pour eux.

Le style est évidemment bien dans le ton d'une ado ; on sent Théo plutôt mal dans sa peau, et surtout, son mal-être par rapport à ses proches. Elle se sent plus "libre" en compagnie de Takeshi car elle peut parler de sa passion pour le dessin sans crainte d'être jugée.
C'est vraiment savoureux, j'ai trouvé cette lecture très plaisante !

Véritable surprise, ce premier tome du Carnet de Théo est une pure merveille : une héroïne à laquelle je me suis totalement attachée, une histoire très plaisante à suivre avec un final renversant, le tout sous une plume addictive.
Une très belle découverte que je vous invite à lire sans tarder !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire