mercredi 15 novembre 2017

Hanako, fille du soleil levant

HISTOIRE

Hanako, une adolescente de 13 ans, doit suivre des cours d'ikebana, imposés par son père. Mais cette dernière refuse et veut plutôt passer du temps avec ses amis.
Cependant, ces cours vont lui permettre d'en apprendre davantage sur elle-même et sur sa propre famille...


CRITIQUE

J'avais acheté ce livre pour la couverture et le résumé. Et je dois dire que j'ai plutôt apprécié l'ensemble, même si ce ne fut pas un coup de cœur.

On découvre donc Hanako, une jeune demoiselle de 13 ans, mi-japonaise mi-française, qui se voit imposer par ses pères des cours d'ikebana (l'art de fabriquer des compositions florales). Si elle refuse cette situation dans un premier temps, elle va peu à peu l'accepter et même finir par découvrir d'incroyables éléments sur sa propre famille...

L'histoire est plutôt agréable à suivre, même si pas exceptionnelle, et surtout, empreinte de quelques clichés.
L'intérêt principal du roman est de connaître les fameux secrets de la famille d'Hanako, notamment au travers d'une mystérieuse boîte détenue par le père et qui interdit à sa fille d'y toucher. Et naturellement, la curiosité de cette dernière va la pousser à découvrir le contenu de cette fameuse boîte.
Et je dois reconnaître que j'ai été agréablement surprise par les révélations finales ! J'avais quelques doutes à mesure qu'on avançait dans les investigations d'Hanako, mais quand même, je suis ressortie satisfaite.

On suit aussi ses amitiés, ses amours naissantes et ses différents cours ; sans compter sa volonté de percer le mystère entourant la boîte de son père.
Bref, c'est pas un récit empli d'actions ; on est clairement dans un roman contemporain où l'on découvre une tranche de vie, à la façon d'un journal intime... sauf que c'est écrit à la troisième personne. Mais le choix de la narration est un peu faussé je trouve, car j'aurais aimé connaître les autres personnages, voir les réactions de chacun au cours d'une même scène. Cela aurait rendu l'ensemble plus riche.

J'ai bien aimé aussi les références à la culture japonaise ; les cours d'ikebana évidemment, mais aussi le kendo et quelques termes utilisés qui correspondent d'ailleurs aux titres des chapitres. Astucieux, je trouve !

Par contre, on n'échappe pas aux clichés : genre la peste du collège qui a des vues sur l'amoureux de l'héroïne et qui va semer le doute chez elle à coup de piques bien senties. S'ensuivent alors les crises de larmes, d'hystérie, de doutes, et j'en passe.
C'est tellement éculé que ça en devient lassant. Et très chiant !

Concernant les personnages, à part Hanako, je n'ai pas eu d'affinité spécifique avec eux.
Hanako donc, est le personnage central, qui va apprendre un pan de la culture japonaise, mais aussi son passé familial. 
Si je l'ai trouvée cruche par moments (cf. les scènes où la peste lui balancent ses réflexions sur son copain et sur elle-même), je l'ai trouvée quand même attachante et j'ai pris plaisir à suivre son histoire.
Ses amis et sa famille gravitent autour d'elle, mais étant donné qu'on ne suit que l'adolescente dans sa quête de vérité et dans sa vie personnelle, ils restent en second plan. Dommage, car certains avaient le potentiel pour être vraiment intéressants et attachants (je cible surtout les parents).

C'est un texte court, plutôt agréable à lire, parfait pour les jeunes qui souhaitent découvrir un morceau de la culture japonaise. En ce qui me concerne, c'est trop peu bien sûr, mais c'est un excellent point de départ pour partir à la rencontre du Japon, même dans les très grandes lignes.

Hanako, fille du soleil levant est une lecture agréable, pas exceptionnelle, mais qui a le mérite de faire découvrir aux plus jeunes un peu de culture japonaise.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire