jeudi 30 juin 2016

Les Mondes de Chrestomanci, tome 1 : Ma sœur est une sorcière

HISTOIRE

Rescapés du naufrage où leurs parents ont péri, Chat et sa sœur Gwendoline sont recueillis par le mage Chrestomanci.
Là, ils vont vivre d'étranges événements qui pourraient bien les mener vers des situations imprévisibles...

CRITIQUE

Lecture d'enfance, j'ai voulu me replonger dans cet univers inventé par Diana Wynne Jones et redécouvrir aussi les personnages.
Je ressors très satisfaite de cette lecture, malgré quelques défauts.

On suit donc Chat et sa grande sœur, Gwendoline, qui vont vivre des situations pour le moins... magiques. Car dans leur famille, la sorcellerie est une pratique courante, au grand plaisir de Gwendoline, bien décidée à montrer à tous l'étendue de ses pouvoirs...

J'ai beaucoup aimé l'univers mis en place par l'auteure ; la magie fait partie du quotidien de chacun. Il est donc normal que sorciers, nécromanciens et autres mages se côtoient ! Mais on découvre aussi d'autres aspects, plus tardivement dans le récit, mais qui montre toute l'étendue du monde de Mme Wynne Jones. D'ailleurs, ce point me rappelle énormément la trilogie A la Croisée des Mondes de Philip Pullman. Mais la comparaison s'arrête là.

D'emblée, j'ai accroché à l'histoire, en tout cas, à la première moitié. On suit les pas de Chat et Gwen (surtout elle) dans le milieu de la magie, leur arrivée au château de Chrestomanci et les drôles de situations auxquelles ils sont exposés.
A partir de la deuxième moitié, un événement clé vient bouleverser tout le quotidien qu'on a pu suivre jusqu'ici. Ce point mène alors vers un final que je n'ai pas vu venir et qui m'a agréablement surprise. C'est aussi dans cette deuxième partie qu'on apprend davantage sur le monde dans lequel évoluent les personnages.
Ceci dit, j'ai eu plus de mal avec cette deuxième moitié. J'ai un peu perdu la motivation car j'ai eu du mal avec un personnage en particulier (que je ne développerais pas dans cette chronique, pour ne pas spoiler). Mais la surprenante fin a regagné mon intérêt, à tel point que j'ai hâte d'en apprendre plus dans les tomes suivants !

Côté personnages, si la narration est externe, on reste exclusivement centré sur Chat. Ce dernier suit avec recul, souvent avec crainte, la façon dont la magie gère sa vie. Surtout sa sœur, qui ne perd jamais une occasion de dévoiler ses capacités surnaturelles.
Je l'ai trouvé très attachant, même si j'aurais aimé le voir mûrir davantage, surtout avec tout ce qui lui tombe sur la tête.
En revanche, Gwendoline est complètement détestable. Dans sa façon de se comporter (en véritable reine qui ne doit rien à personne et en vraie sorcière, désireuse de montrer à tous à quel point elle est puissante) aussi bien envers les autres qu'envers son propre frère. Et le final a confirmé cette impression ; je ne retiendrais rien de positif la concernant.
Pour Chrestomanci, il reste assez mystérieux. On sent qu'il possède des capacités exceptionnelles, mais l'auteure se garde bien de les révéler. Du coup, j'attends de lire les autres romans pour espérer en apprendre davantage sur lui ; aussi bien sur son passé que sur ses pouvoirs.

Diana Wynne Jones maîtrise très bien son récit. Si le choix de la narration est en "il", on se centre sur Chat. On apprend donc à connaître ses émotions, ses pensées et l'attachement pour lui est immédiat. J'aurais aimé alors avoir une narration en "je", car, pour moi, une narration externe permet de se focaliser sur plusieurs personnages, plusieurs lieux et, par conséquent, plusieurs événements à la fois.
Mais il n'en reste pas moins que l'auteure possède un style propre à s'immerger dans son univers ; univers dont elle ne dévoile pas toutes les clés.

Un roman qui présente un univers magique qui semble plus complexe que de prime abord, des personnages parfois hauts en couleur, mais un choix de narration qui me désole...
Ma sœur est une sorcière a été une lecture très sympathique !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire