jeudi 1 mars 2018

Robert Langdon, tome 1 : Anges et Démons

HISTOIRE

Robert Langdon, éminent professeur en symbologie et iconographie religieuse, reçoit un appel singulier : celui du directeur du CERN, qui demande à le voir d'urgence. En effet, l'un de ses plus brillants scientifiques a été assassiné.
Il ne le sait pas encore, mais le professeur Langdon va se retrouver mêlé à un sombre complot, mêlant religion et science.

CRITIQUE

De Dan Brown, je n'ai lu grand chose, à part évidemment son Da Vinci Code, qui est d'ailleurs devenu une référence pour moi en matière de thriller ésotérique. Ceci dit, j'avais aussi lu Anges et Démons des années auparavant, mais la rediffusion du film (que j'ai bien aimé) m'a donnée envie de le relire une deuxième fois. Et dans l'ordre des aventures du professeur Langdon, bien sûr !
Résultat : j'ai passé un agréable moment, même si Anges et Démons ne m'a pas autant marquée que son illustre prédécesseur (et pourtant, en matière de chronologie, Da Vinci Code se déroule après les événements de cet opus !).

Pour sa première aventure, Robert Langdon se rend au CERN, en Suisse et, par la suite, dans la cité du Vatican. Il devra mettre ses connaissances à profil pour mettre à mal un terrible complot qui menace le Vatican. Pour ce faire, il sera assisté par la fille du scientifique décédé. Mais ils doivent faire vite car le compte à rebours est lancé...

Ce qui fait la force de ce récit, c'est le suspens permanent que l'auteur entretient. Le bouquin fait plus de 600 pages (et encore, j'ai lu la version grand format), mais on ne les sent pas passer.
Je ne me suis pas ennuyée, alors que je me souvenais de quelques éléments qui m'avaient fortement marqué durant ma lecture. Et le fait d'avoir visionné une partie du film y est aussi pour quelque chose.
Mais j'ai trouvé l'ensemble très bien construit, malgré les quelques facilités que j'ai pu glaner ici et là. Ceci dit, elles sont tellement minimes qu'elles ne m'ont pas dérangée.

Les rebondissements et les révélations s'enchaînent, sans jamais tomber dans la surenchère, ce que j'avais reproché à La vérité sur l'affaire Harry Québert. Ici, on se rend compte que le complot est bien plus vaste que ce qu'il semblait et cherche à marquer la scission entre la religion et la science.

C'est précisément ce conflit l'intérêt central de ce bouquin. Les cent premières pages illustrent d'ailleurs merveilleusement bien le propos ; on apprend que le scientifique assassiné cherchait à prouver scientifiquement des faits décrits dans la Bible (et plus spécifiquement dans la Genèse). Il voulait aussi illustrer concrètement l'une des théories scientifiques les plus connues ; je n'en dirais pas plus, mais sachez que ce fut le point le plus intéressant du livre. J'ai adoré cette partie, très bien documentée et très intéressante, tant du point de vue scientifique, que du point de vue religieux et éthique.

Passé le cap des 100 premières pages, c'est parti pour un voyage entre les murs du Vatican et les rues de Rome. Une course contre la montre qui apporte son lot de suspens, de révélations et de rebondissements.

Robert Langdon est un personnage attachant ; déjà son côté "professeur en symbologie" a tout pour me plaire, mais certaines scènes ne sont pas sans me rappeler mon propre vécu (celles de l'ascenseur ou des archives, par exemple).
Comme je l'ai écrit plus haut, certains moments semblent trop "faciles" pour notre héros, même s'il galère souvent avant de trouver LA réponse à une énigme ou à un problème.

L'alchimie avec la demoiselle qui l'accompagne (je ne sais plus son nom) fonctionne très bien ; leur complémentarité leur servira de nombreuses fois, les sortant même de situations dangereuses. J'ai beaucoup aimé l'évolution de leur relation, tant d'un point de vue professionnel que personnel.

Même si le livre est gros, Dan Brown distille son suspens avec efficacité et propose des passages très intéressants, parfois même des réflexions sur la place de la religion dans notre société ou encore l'impact de la science dans nos vies. Le tout avec fluidité, même si certaines scènes sont parfois difficiles à comprendre (les passages sur la matière, par exemple). Mais on sent vraiment qu'un travail de recherche considérable a été fourni derrière.

Anges et Démons est un thriller ésotérique efficace, qui fait passer le temps, même si je le trouve moins bon que le Da Vinci Code.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire