lundi 5 mars 2018

Le Monstrologue, tome 1

HISTOIRE

Will Henry, orphelin de douze ans, vit un étrange quotidien, en compagnie de son mentor, le Dr. Wharthrop. Ce dernier reçoit un curieux paquetage nocturne, qui contient deux cadavres.
L'autopsie qui en découle va les mener vers un voyage dangereux.

CRITIQUE

Le Monstrologue fait partie des titres choisis pour mon Challenge ABC Jeunesse/Young Adult. Je n'ai pas lu la saga La 5ème Vague, mais j'étais plus tentée par celui-ci, de part son pitch.
Je suis globalement satisfaite de cette lecture, mais j'ai eu de gros soucis avec les personnages. Mais je vais développer ce point plus loin.

Nous sommes à la fin du 19ème siècle. Will Henry est, depuis le décès de ses parents, l'assistant du Dr. Wharthrop, qui exerce malgré tout une étrange pratique : celui de monstrologue.
Ce métier va le mener vers l'autopsie de deux cadavres, particulièrement éprouvante, où notre duo va devoir affronter des créatures très dangereuses, prêtes à tout pour assouvir leur soif de sang...

Ce qui m'a énormément plu dans ce premier tome, c'est l'ambiance historique qui se dégage. Cela me rappelle un peu Londres à l'époque de Jack l'Eventreur, et ça y ressemble beaucoup, d'autant plus que les monstres que Will Henry et son maître devront affronter sont aussi des tueurs sanguinaires.

J'ai aussi bien aimé l'histoire. Dès le premier chapitre, on est directement plongé dans une ambiance macabre, avec cette autopsie de deux macchabées ! Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'auteur n'est pas avare en détails ! Et c'est parti pour une aventure dingue, où l'on découvre nos premiers monstres, qui provoquent de véritables boucheries ! L'intérêt principal de l'intrigue, c'est de savoir pourquoi ils se sont installés dans la ville de New Jerusalem et comment les arrêter.

Rick Yancey décrit très bien ses scènes, à tel point qu'on a l'impression de "visionner" un film. Cela se ressent surtout dans les scènes de boucherie. Les détails sont tels que j'ai eu des hauts-le-cœur à plusieurs reprises.
L'écriture très cinématographique permet une plongée direct au cœur de la ville et des pensées de Will Henry, notre narrateur.

De plus, le suspens permanent donne envie de lire le livre jusqu'au bout. Autant dire que je ne me suis pas ennuyée du tout !
Si j'ai été satisfaite de la fin, je reste un peu frustrée : je pensais qu'on allait voir pas mal de créatures, mais on se limite à une seule "espèce". Je suppose qu'on aura d'autres monstres dans les tomes à venir, mais vu ce qu'on nous propose déjà dans ce premier tome, je pense qu'il y a là matière à crée un univers riche et varié. Pour l'instant, je laisse le doute subsister, mais j'espère vraiment qu'on aura des éléments supplémentaires dans les tomes suivants.

Le gros souci de ce livre, ce sont les personnages. Je ne les ai pas apprécié.
Sauf Will Henry, notre narrateur, et encore, j'ai trouvé qu'il avait une maturité dingue pour son âge (12 ans). Tellement mature que j'ai eu du mal à croire que l'auteur mettait en scène un gamin. Je pensais plutôt avoir à faire à un ado de 16/17 ans. Son comportement le laisse supposer, mais aussi sa façon de raconter les choses. Bon, ce dernier point s'explique, mais c'est assez soutenu pour un gamin de 12 ans.

En dehors de ces détails, j'ai apprécié Will Henry. C'est un petit bonhomme pour qui la vie n'a pas été simple et qui doit composer avec les caprices de son mentor. De plus, il est confronté à des scènes parfois violentes, ce qui choque d'ailleurs les quelques adultes présents dans l'histoire. Sa façon de réagir est assez incroyable et, comme écrit plus haut, mature pour son âge. Je l'ai trouvé aussi courageux, même s'il tente de montrer par moment sa bravoure aux adultes.

En parlant d'adultes, je n'ai pas trop apprécié le Dr. Wharthrop.
Déjà, j'ai trouvé sa personnalité assez lunatique : tantôt il veut quelque chose, puis une autre... J'ai aussi trouvé sa manière de se comporter avec Will Henry assez tyrannique. Jamais un remerciement (ou alors très tardivement) ou un mot gentil/de consolation... Et puis, c'est quoi cette manie de vouloir absolument montrer toutes ces horreurs à un gosse de douze ans ?! OK, autre époque, autre mœurs ; OK, c'est son apprenti ; mais je trouve qu'un peu de considération ne pourrait pas lui faire de tort !

Autre perso que j'ai détesté : l'"ami" du Dr. Wharthrop. J'ai oublié son nom (et de toute façon, il change d'identité sans arrêt !). J'ai mis le mot "ami" entre guillemets, parce que je trouve son comportement TRES douteux : déjà, sa manie de changer tout le temps son nom et son prénom, que j'ai trouvé incompréhensible. Ensuite, sa façon d'être avec Will Henry ; y a une scène à la fin du roman qui m'a laissée pantoise. Et le mentor de notre héros fait comme si de rien n'était !!! Et c'est pareil pour la scène suivante, où notre homme ne s’embarrasse guère. Il fait preuve d'un aplomb incroyable, même dans les moments difficiles.
En fait, ce type est l'archétype même de la tête à claque que je peux pas blairer !

Rick Yancey propose un texte écrit de manière fluide, proche d'un scénario d'un film. Il allie parfaitement narration, dialogues et descriptions et semble proposer un univers très intéressant qui, je l'espère, s'étoffera dans les tomes suivants.

Un premier volet très sympa qui m'a plongée dans un contexte historique et horrifique bienvenue. Bien loin de la Young Adult actuelle, Le Monstrologue pêche malheureusement par ses personnages détestables, sauf le narrateur.
J'attends de voir ce que la suite me réserve !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire