mercredi 29 novembre 2017

Deuils de miel

HISTOIRE

Franck Sharko n'a pas le temps de panser ses blessures : il doit faire face à une enquête particulièrement difficile. En effet, une femme a été retrouvée nue, entièrement rasée, dans une église.
Pour le commissaire, c'est un voyage dans la psyché du tueur mais aussi dans la sienne qui commence...

CRITIQUE

De Franck Thilliez, je n'avais lu que La forêt des ombres que j'avais énormément apprécié. Et après Deuils de miel, mon intérêt pour l'auteur se confirme, tant j'ai passé un excellent moment !

Avant de donner mon avis, il faut savoir que ce récit se passe après Train d'enfer pour Ange Rouge. N'ayant pas lu ce titre, je me suis fait méchamment spoiler l'intrigue et surtout le final !
Donc, petit conseil : lisez d'abord Train d'enfer pour Ange Rouge avant d'entamer celui-ci.

Franck Sharko traverse une passe très difficile. Mais il n'a pas le temps de s'apitoyer sur lui-même car le corps d'une femme est retrouvé dans une église. Cette découverte est le point de départ d'une enquête qui va le mener dans l'horreur de la psyché humaine, mais aussi dans la sienne.

Ce que j'ai adoré dans ce récit, c'est l'enquête policière, menée tambour battant. On ne s'ennuie pas une seconde ; l'auteur enchaîne les rebondissements et offre même quelques scènes mémorables.
Cela lui permet d'ailleurs de présenter un univers assez méconnu, bien qu'on les croise souvent dans notre quotidien : celui des insectes et des araignées.
Ces derniers occupent une place prépondérante dans le récit, étant même les pièces maîtresses de toute l'intrigue. M. Thilliez en profite du coup pour nous donner quelques informations concernant ces bestioles ; et le moins que l'on puisse dire, c'est que j'ai été très surprise ! Je ne m'attendais pas à autant de variétés, avec cette plongée au cœur de la noirceur des insectes et des araignées...

Certaines scènes m'ont vraiment mise mal à l'aise. Si vous êtes arachnophobe, je vous conseille de ne pas trop lire ce livre la nuit : y a un moment assez glauque avec ces bêtes qui m'a vraiment fait frissonner. Je ne voulais pas du tout être à la place de Sharko à ce moment-là du récit !

Le final m'a beaucoup surprise, je ne m'y attendais pas du tout ! C'est plutôt du côté de la vie intime de Sharko que le bât blesse.
Certes, il a vécu des moments très difficiles, mais vu la façon dont l'auteur traite sa psychologie, je n'étais pas surprise du dénouement. Mais les dernières pages apportent un beau message d'espoir, un détail non négligeable dans notre époque assez sombre.

Mais justement, je trouve Sharko assez intéressant car on le sent d'autant plus torturé qu'il s'agit de notre narrateur. Il doit jongler entre l'enquête et son quotidien bouleversé par l'arrivée d'une petite fille qui semble cacher bien des choses.
J'ai beaucoup aimé aussi la façon dont il essaie de s'auto-gérer et de gérer ses relations avec ses collègues. J'ai même eu par moment l'impression de m'y retrouver totalement, tant j'aurais réagi pratiquement pareil si j'étais dans la même situation que notre commissaire.

Etant donné que c'est Sharko qu'on suit, difficile de suivre les autres personnages, tant notre héros veut arranger les choses à sa manière et parler beaucoup de ses problèmes. Mais j'ai bien aimé son unique collègue féminine (dont j'ai oublié le nom). Elle aussi se sent minée par cette affaire, même si l'impact est moindre que chez Franck, puisqu'on ne suit pas ses pensées.

La plume est fluide, sans fioritures. On va droit à l'essentiel, autre point que j'ai aimé dans ce livre. C'est addictif et immersif ; je me suis sans souci imaginé les scènes dans ma tête. Et vu les descriptions par rapport aux insectes et autres bestioles, on sent que l'auteur a fait pas mal de recherches et veut nous informer, sans jamais tomber dans le piège du "trop d'explications qui feraient encyclopédie".

Deuils de miel, malgré ses méchants spoils et son dénouement à moitié surprenant, est un thriller d'excellente facture qui me donne plus que jamais envie de découvrir d'autres ouvrages de Franck Thilliez !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire