dimanche 19 novembre 2017

Big Easy

HISTOIRE

Josie est une adolescente de 17 ans qui n'a pas la vie facile : sa mère est une prostituée et tout la pousse à suivre le même chemin. Mais elle refuse : elle souhaite quitter la Nouvelle-Orléans et entrer dans une prestigieuse université. Et elle va tout faire pour y parvenir !

CRITIQUE

Big Easy n'était pas un titre qui me tentait au départ ; il faut dire que l'Amérique des années 50 n'est pas ce qui m'attire dans un roman historique. Je préfère largement ceux qui se déroulent au Moyen-Âge et dans l'Antiquité.
Mais l'auteure ne m'était pas inconnue : j'avais lu Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre que j'avais adoré. C'est donc sur cette pensée positive que je me suis lancée.
Et je ne regrette pas car j'ai passé un excellent moment !

Nous sommes à la Nouvelle-Orléans, dans les années 50. Josie, 17 ans, ne veut pas finir comme sa mère, à savoir prostituée. Elle va alors tout faire pour sortir de sa condition et accomplir son rêve : faire ses études dans la prestigieuse université Smith.

Ici, pas d'éléments fantastiques : j'avais peur de m'ennuyer durant ma lecture. Et ce ne fut pas le cas !
Déjà, on est plongé dans un contexte très spécifique : celui de la prostitution. La mère de l'héroïne est une prostituée et cette dernière travaille en tant que femme de ménage dans un bordel. La grosse joie, quoi !

J'ai trouvé l'immersion très réussie ; les descriptions, les dialogues et la narration font qu'on se plonge très vite dans ce quartier et qu'on découvre rapidement les us et coutumes des uns et des autres. Une plongée au cœur de la Nouvelle-Orléans des années 50 qui m'a donnée envie de m'informer davantage sur cette période historique américaine !
On sent que Ruta Sepetys s'est beaucoup documentée pour nous fournir un texte aussi immersif et c'est incontestablement le gros point fort du roman !

L'histoire en elle-même est un régal à suivre : entre enquête policière (puisqu'un meurtre a lieu), estime de soi, une pincée de romance, un milieu très particulier, le tout accompagnés de personnages savoureux et de références littéraires et vous avez un récit qui vous transporte ailleurs et qui ne vous ennuie pas une seconde !

J'ai adoré les références littéraires dont sont truffés ce roman. Car, en plus de travailler dans un bordel en tant qu'aide-ménagère, Josie bosse également dans une librairie. L'auteure en profite ainsi pour nous offrir de belles références littéraires de l'époque, sans jamais alourdir le texte et sans en faire trop. En tant que lectrice, je n'ai pu être que séduite par ce procédé !

Josie est une jeune fille qui m'a énormément plue. Ça fait du bien de suivre une héroïne qui ne tombe (presque) pas en pâmoison à chaque fois qu'un mec (ou deux) est (sont) dans les parages. Elle sait ce qu'elle veut et va tout faire pour atteindre son objectif : intégrer l'université Smith.
Car Josie ne veut pas finir comme sa mère ; elle souhaite quitter la Nouvelle-Orléans et faire de grandes études, malgré l'opposition de certaines personnes de son entourage (Willie, notamment). Elle se révèle très débrouillarde, même si je n'ai pas toujours approuvé ses choix (je n'en dirais pas plus pour ne pas spoiler).

Pas mal de personnages gravitent autour de l'adolescente, et certains m'ont davantage plu que d'autres, comme Willie. Véritable pilier dans la vie de Josie, c'est une femme incroyable, avec son fichu caractère. Elle m'a presque semblé une mère de substitution pour l'héroïne (sa vraie mère est haïssable au possible) et m'a beaucoup touchée.
Cokie, le chauffeur de Willie, m'a aussi énormément touchée. De part son caractère et son accent, ses interactions avec Josie sont succulentes !

On a aussi Patrick, un de ses amis, tenancier de la librairie, aussi passionné de livres qu'elle. Ils échangent sur leurs lectures, mais doivent aussi gérer la boutique, ainsi que Charles, le père de Patrick, qui souffre de problèmes de santé.
Jesse n'est pas en reste, même s'il reste plus en retrait par rapport à ceux déjà cités. Il m'a donc moins plue mais lui aussi va se révéler un allié précieux pour Josie.

On a aussi en vrac les prostituées qui travaillent pour Willie, chacune avec leur trait de caractère ; Frankie, qui sait tout sur tout ; ou encore Charlotte, aux antipodes de Josie (surtout du point de vue social) qui va tout faire pour pousser cette dernière à suivre ses rêves.

Bref, une galerie de personnages vivants et attachants que j'ai pris plaisir à suivre. Ruta Sepetys apporte un soin particulier à chacun d'entre eux, malgré leur nombre plutôt conséquent, ce qui fait qu'on n'est jamais perdu et qu'on se rappelle d'eux.

Comme je l'ai écrit plus haut, c'est très immersif et bien écrit. On sent que Josie adore lire car elle possède une plume, une façon de s'exprimer incroyable ; la narration à la première personne du singulier sert très bien le texte car on découvre les nouvelles et les révélations en même temps qu'elle. Cela la rend encore plus attachante !

J'en attendais pas grand chose de Big Easy et finalement, c'est une très belle surprise ! Ruta Sepetys est assurément une auteure à suivre ; elle a le don de nous plonger dans ses romans historiques et de proposer des personnages vivants et une superbe plume !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire