lundi 1 mai 2017

Le maître des livres, tome 2

HISTOIRE

Mikoshiba continue de conseiller les usagers de la bibliothèque pour enfants "La Rose Trémière".
Que ce soit une femme amoureuse de son patron, un adolescent désireux d'illustrer des livres pour enfants ou encore un père qui souhaite se réconcilier avec sa fille ; tous vont, au travers de la littérature enfantine, se retrouver et donner un nouveau sens à leur vie.

CRITIQUE

Le premier tome a été un tel coup de cœur que je n'ai pas pu m'empêcher d'emprunter directement les tomes suivants ! Et ce manga est toujours aussi géniallissime à lire ! A tel point point que j'envisage sérieusement d'acheter les tomes pour commencer ma mangathèque personnelle !

On retrouve ici Mikoshiba, notre bibliothécaire toujours aussi passionné mais toujours aussi rustre quand il s'agit de parler (le pauvre M. Miyamoto en fait régulièrement les frais !), avec ses deux jolies collègues et les usagers (nouveaux ou fréquents) qui se retrouvent au travers des histoires qu'ils lisent.

Ce qui m'a beaucoup plus dans ce deuxième tome, c'est qu'on apprend à connaître davantage nos personnages. Notamment sur Kayo qui, vous allez voir, a une vie de famille difficile. La séquence avec son père est d'ailleurs très touchante.
Mikoshiba aussi nous révèle une nouvelle surprise à la fin du manga ; je n'en dirais rien pour ne pas spoiler, mais sachez que cela risque de provoquer bien des remous au sein de la bibliothèque et de son équipe !

Mais ce que j'aime plus que tout dans cette série, c'est la place de la littérature dans la vie de nos protagonistes. Quel que ce soit le genre littéraire, chaque nouveau venu trouve matière à réfléchir à sa vie personnelle et tenter, par la suite, de sortir du problème auquel il est confronté. Et comme souvent, les livres en question, forment un parallèle avec les tourments que traversent nos héros.
Et une fois encore, Umiharu Shinohara nous présente des récits pas toujours connus dans nos contrées, mais pas toujours. De temps en temps, il présente des récits qu'on peut trouver facilement dans les rayons des librairies et/ou des bibliothèques.

Parmi les nouveaux venus, on a un adolescent désireux d'illustrer des livres pour enfants. Rêve qu'il préfère garder secret, par peur des moqueries de ses camarades.
J'ai adoré la scène où il raconte sa première histoire à des petits ; la façon dont ils sont à fond dans le récit, comment les dessins sont présentés... Bref, un moment tout simplement savoureux qui reste d'ailleurs mon préféré sur les tomes que j'ai lu jusqu'à présent !

J'ai beaucoup aimé aussi la scène avec le vieil homme qui souhaite retrouver un titre pour honorer la mémoire d'un ami d'enfance. La façon dont Mikoshiba gère le problème est tout simplement fantastique : je me suis totalement reconnue là-dedans !

Bref, tout ce petit monde est plus attachant que jamais. Que ce soit les persos principaux ou secondaires, ils ont tous ce petit quelque chose qui fait qu'ils marquent de leur empreinte les murs de "La Rose Trémière". A tel point que j'ai toujours ce petit pincement au cœur quand j'ai terminé la lecture de ce deuxième tome.

Le coup de crayon est toujours aussi agréable à l’œil, même si c'est pas non plus exceptionnel. J'aime toujours autant le chara-design des persos féminins, plus "agréables" à regarder que celui de ces messieurs.

Ce deuxième volet est toujours aussi succulent ; on en apprend plus sur nos personnages et la littérature reste le centre de ce manga puisqu'il permet à nos héros de tirer les leçons de leur vie respective.
Tout simplement géniallissime !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire