mercredi 10 mai 2017

Là où tombent les anges

HISTOIRE

Solange, une jeune fille de 17 ans, quitte un père brutal pour tenter sa chance à Paris. Là, elle rencontre Robert Maximilien, qui deviendra son époux par la suite.
Très vite, ce dernier se révèle très autoritaire et se sert de sa femme pour l'exhiber durant les soirées mondaines.

Mais la Première Guerre Mondiale approche et Robert est envoyé au front. Commence alors pour Solange le lent parcours pour regagner l'estime d'elle-même...

CRITIQUE

J'ai découvert ce titre grâce à Mélisende et je voulais donc le lire à mon tour. Etant très friande des romans historiques, le pitch ne pouvait que m'intéresser.
Et effectivement, j'ai passé un superbe moment avec Solange, Lili, Clémence et leurs proches !

La Première Guerre Mondiale approche à grands pas. Le mari de Solange, notre héroïne est envoyé au front. Cette dernière va petit à petit reprendre goût à la vie et surtout, prendre sa place dans une société où les femmes vont peu à peu remplacer les hommes.

Dit comme ça, cela peut sembler très féministe. Je ne l'ai pas ressenti tel quel, mais il est vrai que l'auteure accorde une place très importante aux femmes, puisque ces dernières remplacent les hommes, partis se battre sur le front.

J'ai adoré cet aspect, finalement peu abordé en littérature, du premier conflit mondial, où on se retrouve à l'arrière des tranchées. Les femmes s'émancipent peu à peu, notamment en exécutant des tâches normalement réservé au "sexe fort". Et elles se rendent compte qu'elles peuvent effectuer un travail tout aussi efficace qu'eux. Les premières revues féministes vont alors leur apparition et vont provoquer bien des remous au sein de la population.

Mais n'oublions pas que Là où tombent les anges raconte avant tout l'histoire de trois femmes : Solange, Lili et Clémence.
La première s'émancipe petit à petit lors de l'absence de son mari violent et contact notamment de la tante Emma ; la deuxième est plus "volage" et chante régulièrement dans des cabarets ; et la troisième attend désespérément le retour de son mari, parti également dans les tranchées.
Elles sont toutes plus attachantes les unes que les autres : et le génie du récit, c'est d’alterner roman "classique", coupures de presse et roman épistolaire. Cela permet d'avoir une vue d'ensemble des événements et de ne pas s'attarder sur un personnage en particulier, d'autant plus que le roman s'étale sur plusieurs années.

J'ai adoré Solange ; elle n'hésite pas à quitter son foyer et son père très brutal pour tenter sa chance à Paris. Là, elle écume les bals avec sa meilleure amie, Lili, mais son angoisse d'un lendemain sans avenir la pousse dans les bras de Robert Maximilien. Ce dernier va, après leur mariage, se révéler tout aussi brutal que le paternel, en plus d'être jaloux et de vouloir tout contrôler.
Jusqu'au jour où il est envoyé au front. A partir de là, Solange qui était totalement repliée sur elle-même va peu à peu se rouvrir au monde et faire des choses sur le dos de son mari.
Bon, ça se pas en un coup bien sûr ; l'auteure y va progressivement et c'est le deuxième point fort du bouquin. Rendre un personnage abîmé par la vie plus "ouvert" et qui va surtout accomplir des choses qu'il ne se pensait pas capable de faire.
Solange devient donc une femme de plus en plus épanouie au fur et à mesure que le temps passe, au gré de ses rencontres et de ses discussions avec la tante Emma, qui ne va pas se révéler si acariâtre que ça.

J'ai aussi beaucoup aimé ce personnage qui va devenir un vrai pilier pour Solange. Elle devient presque maternelle avec elle et va nous révéler des choses étonnantes sur son passé.

Lili, la meilleure amie de Solange, est son exact opposé. Elle court les cabarets, elle chante et tombe souvent amoureuse... Bref, une demoiselle libre, malgré sa situation précaire. Elle ne comprend d'ailleurs pas les choix de Solange et va tenter à plusieurs reprises de lui ouvrir les yeux sur sa situation, voire de l'aider à s'en sortir.
Je l'ai moins appréciée que Solange, parce que j'aime pas trop les personnages trop "dévergondés". Mais comme pour la tante Emma, elle va se révéler être une aide précieuse pour Solange.

Clémence est mon deuxième perso préféré du trio. Elle se révèle très forte, accomplissant un travail de dingue, durant des dizaine d'heures par jour pour un salaire de misère. Une femme très anxieuse depuis que son mari, Pierre, est également parti au front. Les lettres qu'ils s'échangent sont d'ailleurs hyper touchantes et montrent deux réalités différentes de la guerre : celle des tranchées et celle de l'arrière.

La plume de Charlotte Bousquet est tout simplement superbe. Elle décrit très bien les conditions de l'époque et nous immerge totalement dans le quotidien d'avant et pendant la guerre. Un récit où les femmes prennent clairement le pouvoir et nous narre leur histoire d'avant et durant ce terrible conflit.

Un récit historique mené d'une main de maître, qui nous dépeint une Première Guerre Mondiale du point de vue des femmes (trois précisément). Une magnifique histoire que je vous invite chaleureusement à lire !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire