mardi 9 mai 2017

La malédiction Grimm

HISTOIRE

Elizabeth Drew, une ado de 15 ans, accepte un poste dans une bibliothèque qui ne va pas se révéler être une bibliothèque ordinaire.
Car on peut emprunter des objets divers et variés, quels qu'ils soient : instruments de musique, ustensiles de cuisine, chapeaux, robes, etc.
Parmi toutes ces collections, se trouve l'une des plus prestigieuses et des plus étranges : la collection Grimm. Elle renferme tous les objets des plus célèbres contes de fées : le miroir de la belle-mère de Blanche-Neige, les bottes de sept lieues, etc.
Mais une personne malveillante cherche à s'emparer de la collection Grimm et veut nuire à ses protecteurs...

CRITIQUE

J'ai commencé la lecture de ce roman des années auparavant, mais je n'ai malheureusement pas eu le temps de le terminer. J'ai alors pris mon courage à deux mains pour tenter de le lire une deuxième fois, et ça a payé : j'ai passé un bon moment, même si ce n'est pas aussi exceptionnel que ce que à quoi je m'attendais.

On découvre donc Elizabeth, notre narratrice, qui va se lancer dans un poste dans une étrange bibliothèque, poussée par son professeur d'histoires. Là, elle fait la connaissance de curieux personnages et va vite se rendre compte que certaines collections sont plus privilégiées que d'autres. Tel est le cas de la collection Grimm, qui semble d'ailleurs attiser bien des convoitises...

Vous l'avez sûrement compris par le titre, on nage en pleine réécriture de contes de fées. Ici, l'auteure reprend ceux des frères Grimm et les mélange pour les intégrer dans notre monde contemporain. Les objets des contes connus et moins connus sont répertoriés dans la bien nommée collection Grimm. On peut bien évidemment emprunter les objets, mais pas sans risque, et surtout pas sans conséquences...

C'est d'ailleurs le gros point fort de ce bouquin : l'univers des contes est parfaitement intégré dans notre univers, à tel point qu'ils font quasiment partie du quotidien ! On n'oublie pas bien sûr leur utilité magique... Et c'est précisément tout l'enjeu du récit.

Car durant la lecture, on se rend vite compte que la collection Grimm est prise pour cible. On ne sait pas par qui, mais les magasiniers remarquent depuis quelques temps des disparitions inquiétantes, des anomalies dans la collection Grimm et l'apparition d'un étrange oiseau qui semble nuire à tous ceux qui croisent son chemin...
Bref, on nous pose les bases d'une histoire inquiétante, teintée de curiosité (pour la bibliothèque où atterrit Elizabeth) et de fantastique (les objets des contes).

Pourtant, passé la moitié du récit, j'ai senti que je décrochais. Passé le cap de la découverte où j'avais, limite, des étoiles plein les yeux au vu des descriptions fournies par Polly Shulman, j'ai eu du mal à rester dans l'histoire.
Sans doute parce que le récit partait dans un truc auquel je ne m'attendais pas du tout. Cela m'a surprise, mais dans le mauvais sens. J'ai trouvé qu'on partait un peu dans tous les sens et cela m'a déstabilisée. Du coup, j'ai lâché un peu l'affaire, même si je voulais savoir comment l'auteure allait terminer son livre.
Je suis assez satisfaite de la fin... pas vraiment digne d'un conte de fées, mais c'est pas grave. Après tout, ça reste finalement une fin en somme toute basique...

Les personnages sont sympas, même s'ils ne m'ont pas laissé un souvenir impérissable.
Elizabeth, la narratrice, reste encore la seule pour laquelle j'ai éprouvé le plus de sympathie. Elle nous raconte tout, avec sa vision des choses. On sent surtout son émerveillement du début face à ses découvertes des différentes collections, ses sentiments et ses émotions.
La plus sympa donc, à défaut d'être attachante.

On a Anjali, sans doute celle que j'ai eu le plus de mal à cerner. Elle se montre cool bien sûr, mais y a ce petit quelque chose qui fait que ça n'a jamais marché avec moi.
Idem concernant les deux garçons, Marc et Aaron, deux clichés sur pattes : le beau gosse sportif d'un côté et le ténébreux de l'autre...
Je trouve que les personnages secondaires ne sont pas très travaillés. Cela explique du coup mon manque d'empathie vis-à-vis d'eux.

En revanche, j'ai adoré la plume de Polly Shulman. Elle sait transporter son lecteur dans un monde féerique, par ses descriptions et aussi par l'action. On est happé dès le début, pour ne plus lâcher le bouquin avant la dernière page.

La malédiction Grimm est une découverte très sympathique, avec une réécriture très bien réalisée des contes des frères Grimm. L'auteure a d'ailleurs la bonne idée de parler de leurs contes connus et beaucoup moins connus, ce qui apporte un petit plus au roman.
Je regrette juste des personnages peu travaillés et une histoire qui a finit par me décrocher, suite à une deuxième partie qui part un peu en vrille.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire