mercredi 3 mai 2017

Comme un conte

HISTOIRE

Tara a disparu à l'âge de 16 sans laisser de trace. Sa famille et son petit ami n'auront plus de nouvelles durant vingt ans.
Et voilà que le jour de Noël, Tara réapparaît. Elle semble bien portante, mais quelque chose a changé dans sa personnalité.
Comme si elle avait vécu dans un autre monde durant tout ce laps de temps...

CRITIQUE

Cela fait longtemps que je voulais lire ce titre ; de plus, il est sorti en poche depuis peu de temps. Une raison de plus pour me décider à l'emprunter.
Et je ne regrette pas : j'ai passé un bon moment avec cette lecture !

On suit donc Tara, revenue dans sa famille, après vingt ans d'absence, puisqu'elle avait disparu de la circulation durant son adolescence. Mais elle semble avoir changé, et pour cause : elle livre un étrange récit, comme quoi elle aurait été enlevée par des fées !

C'est précisément ce point qui me séduisait dans le roman ; voir comment la Faërie, le peuple des fées, serait traité dans ce récit. Et je ne suis pas déçue.
Certes, on découvre des éléments propres aux récits fantastiques qui mettent en scène des fées : on apprend par exemple qu'ils sont très cultivés (bien plus que les humains, leurs connaissances étant plus étendues que les nôtres) et sont très portés sur le sexe. Tara nous dépeint une société aux antipodes de la nôtre, analysée d'ailleurs de façon très "scientifique" par le psychologue qu'elle suit.

Ces analyses sont très intéressantes à lire, puisqu'elles mettent en lumière la psychologie de Tara au travers de ces histoires, mais elles posent aussi question : la jeune femme dit-elle vraiment la vérité ? N'est-elle pas en train de raconter des histoires à dormir debout pour justifier maladroitement son absence ?
Et ce questionnement reste dans la tête durant la première partie du récit. Je me suis demandée si j'avais vraiment un livre fantastique entre les mains.

Et pour ajouter à la confusion, l'auteur suit plusieurs personnages, en plus de Tara. Sa famille bien entendu, à commencer par son frère, Peter, très sceptique sur les dires de sa sœur ; ou encore Richie, son ex-petit-ami qui ne sait pas trop quoi en penser. Idem pour le psychologue que Peter va engager pour suivre la jeune femme.
On a aussi le point de vue de la femme de Peter et de leurs enfants ; tous vont apporter leur grain de sel dans l'étrange histoire de Tara.

Et puis, arrive la deuxième moitié du roman. Et là, on comprend qu'on est clairement dans une histoire fantastique grâce à un personnage en particulier. S'il se manifeste qu'au travers des dires de Tara (ce qui explique pourquoi on la remet en cause puisqu'on n'a pas de "preuve" véritable de son existence), il apparaît clairement aux yeux du lecteur, puisqu'il espionne la jeune femme. Il finira même par se montrer à certains protagonistes, amenant son lot de scènes étranges et angoissantes.

Tous ces points nous amènent à cette question : comment tout cela va se terminer ?
La fin apporte une conclusion satisfaisante. Personnellement, je ne voyais pas trop comment l'auteur terminerait son récit et ce qu'il offre m'a paru totalement logique. C'est à la fois beau et triste ; j'ai eu un gros pincement au cœur quand j'ai tourné la dernière page.

Le gros souci que j'ai eu, c'est le manque d'attachement des personnages. Je n'ai pas éprouvé d'empathie particulière pour eux, excepté Tara.
Cette dernière se retrouve dans notre civilisation, totalement perdue et ne maîtrisant plus aucune règle. Elle se heurte à l'incrédulité de ses proches et aux analyses parfois pompeuses de son psy. Et pour ne rien arranger, elle doit aussi veiller à leur sécurité.
Pour les autres, je n'en retiens rien de spécial ; en fait, j'ai eu l'impression d'avoir des clones sous les yeux, tant leur personnalité est peu travaillée. Du coup, y a pas d'attachement spécifique ; comme Tara, on se sent bien seul face à tout ce petit monde.

C'est le premier roman de Graham Joyce que je lis et j'ai bien aimé sa plume. Là encore, j'en retiens rien de spécial, si ce n'est qu'il a su instaurer une ambiance très particulière dans son intrigue. On en ressort triste et satisfait à la fois, amenant même parfois un sentiment de mélancolie dans certaines scènes.

Un roman qui m'a bien plu, même si les personnages sont tellement peu travaillés qu'on dirait des clones. Tara est celle qui s'en sort le mieux.
C'est sympa à lire, même si la plume n'est pas exceptionnelle, mais je retiens surtout la façon dont Faërie est traité et la fin satisfaisante. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire