samedi 25 avril 2015

La Liste



HISTOIRE

Tous les ans, une liste est publiée dans les couloirs du lycée. Personne ne sait qui est l'auteur, mais elle élit les quatre plus belles et les quatre plus moches filles de chaque classe...

CRITIQUE

La Liste est un roman qui a fait un petit buzz sur la blogosphère au moment de sa sortie. Ayant eu des échos plutôt négatifs, j’ai pris peur et j’ai décidé d’attendre un peu avant de me lancer dans cette lecture. Et deux ans plus tard, le verdict tombe : ce roman a loupé le coche.

Chaque année, une liste désignant deux filles de chaque niveau comme étant la plus jolie et la plus moche est publiée dans les couloirs du lycée. Personne ne sait qui la publie, mais elle fait bien des ravages auprès des « élues » à chaque nouvelle rentrée…
Et cette année ne fait pas exception à la règle, car huit filles sont désignées par cette fameuse liste, soit en « belle », soit en « moche ». Nous avons donc un total de huit personnages qu’on suit durant près de 400 pages. Et c’est fort peu.

D’une part parce qu’à chaque chapitre, on change d’héroïne ; ce qui fait que j’ai eu le plus grand mal à m’attacher à l’une d’elles. Je n’avais pas fini de suivre une fille que hop !, on en suivait une deuxième. De plus, j’étais régulièrement perdue ; je devais souvent relire la quatrième de couverture pour voir qui était quelle fille, laquelle était belle ou moche… Ma lecture s’en est trouvée très confuse. J’ai mis un temps fou à me situer par rapport aux filles et ce ne fut pas une mince affaire.

Autre souci avec ce livre : la chronologie. Il faut savoir qu’on suit les filles durant une semaine (de la publication de la liste au bal de la rentrée). Six jours pour huit personnages, je trouve que c’est trop peu. Je trouve qu’on ne mesure pas assez l’impact qu’à eu la liste sur la vie de ces adolescentes. J’aurais aimé les suivre durant un an, quitte à faire une saga en plusieurs tomes. Une fois encore, je suis ressortie de cette lecture avec une impression de confusion. Et ce, d’autant plus que la fin est très décevante : on ne sait pas ce qu’il advient des personnages, l’auteure coupe son récit alors que certains d’entre eux traversent des moments importants dans leur vie… C’est très frustrant.

Et quand j’ai commencé ce livre, je m’attendais à un véritable questionnement sur la beauté intérieure/extérieure et le regard des autres lorsqu’on traverse ce genre de situation. En fait, non : on suit les états d’âmes de ces filles dont l’unique préoccupation est ce p***** de bal de rentrée. Et tout y passe : le choix de la robe, de la coiffure, sans compter les amours des uns, les amitiés des autres et bien entendu, cette liste qui finalement, ne semble pas autant les tracasser (à part Sarah, mais comme je l’ai trouvée assez spéciale, disons qu’elle est un peu à part…).

Concernant les personnages justement, comme je l’ai écrit plus haut, difficile de s’attacher à huit filles dans un nombre de pages limités. Et ça l’est encore davantage lorsque l’auteure prend le parti de n’offrir qu’un trait de caractère à ses protagonistes. Ainsi, vous vous retrouvez avec des clichés dont franchement, je m’en serais bien passée : l’ado sportive un peu « garçon manqué, la garce, la nouvelle, la marginale, et j’en passe. Du coup, pas évident de se trouver face à des personnages complexes et travaillés.

Par conséquent, je n’ai éprouvé aucune empathie particulière avec l’une d’elles, à part peut-être Brigdet. Mais même son histoire n’est pas assez approfondie. On parle quand même d’anorexie, ce qui n’est pas rien. Le propos est à peine effleuré (comme le reste, d’ailleurs), à mon plus grand désarroi.

Bon, que reste-t-il ? Le style. Et encore… D’habitude, quand je lis un livre, je ne fais pas attention à la qualité de la traduction. Je me centre vraiment sur le contenu du bouquin et pas sur la façon dont il a été corrigé/traduit. Mais le manque de points dans certaines phrases ou encore l’utilisation du mauvais prénom sont si flagrants que je ne peux fermer les yeux sur autant d’inattention dans la traduction. Ça donne un côté négligé, mais surtout pas du tout professionnel.


La Liste avait tout pour me séduire, mais trop de défauts ont fait que cette lecture est une énorme déception. Ce qui est bien dommage, car les bonnes idées ne manquaient pas.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire